Retour
 

Evaluation de la situation des grottes et de la cascade du Dard (Jura) - La source du Dard et la haute Seille, une eutrophisation qui interpelle

Auteur(s) :

    • FRANCE. Conseil général de l'environnement et du développement durable

Editeur :

  • Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Date de remise : Mai 2016
34 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La mission concernait les développements végétaux dans la grotte du Dard, et les proliférations d'algues filamenteuses dans ce même cours d'eau. La prolifération des algues dans le Dard est un phénomène régulier, mais le développement en a été particulièrement important en 2015, en lien avec un étiage assez marqué entrecoupé de petites pointes de débit, qui ont mobilisé les très petites pollutions ponctuelles stockées dans le réseau de fissures du plateau et enrichi les eaux en phosphore. Le rapport présente quelques pistes d'action pour résoudre les problèmes de végétation dans la grotte, et des orientations pour réduire l'enrichissement du milieu à l'origine des proliférations d'algues filamenteuses : la modification de l'éclairage de la grotte et une gestion intégrée de la réduction de l'ensemble des pollutions impactant ce système hydrologique très vulnérable. Ce n'est qu'en fin de visite que la raison profonde du courrier du maire, à l'origine de la mission, est apparue : il a dû délivrer un permis de construire pour un centre d'allotement de génisses à l'entreprise Jura-Bétail fin juillet, alors que le bâtiment est situé à la quasi verticale du réseau de galeries karstiques visitables géré par la commune qui représente un fort enjeu touristique, avec 40 000 entrées payantes. Or une pollution liée à un dépôt de fumier situé à 50 m du bâtiment projeté a été à l'origine d'une pollution de la grotte en 2006, d'où une réelle inquiétude, mais qui ne pouvait motiver réglementairement un refus d'autorisation.

Résumé

Introduction

1. Les émergences du premier plateau du Jura : la Seille

1.1. Une rivière et des sources

1.2. Eutrophisation avec des eaux en bon état : un paradoxe ?

1.2.1. La source du Dard

1.2.2. La Seille à Neuvy

1.3. Le développement des algues et l’hydrologie de la Seille

1.4. Un patrimoine naturel de grande valeur

2. Éléments de diagnostic sur les phénomènes observés

2.1. Le verdissement de la grotte

2.2. Les origines possibles de l’eutrophisation

2.2.1. Les rejets d’activités

2.2.2. L’assainissement des habitations

2.2.3. Autres sources

3. Quelques pistes d’action

3.1. Revoir l’éclairage de la grotte du Dard

3.2. La réduction des apports de phosphore, un travail de longue haleine

Conclusion

Annexes

1. Lettre de mission

2. Liste des personnes rencontrées

3. Le bassin versant de la Seille et carte des sources

4. Quelques données de qualité des eaux

4.1. Source du Dard (données AE RMC et thèse M Salperwick)

4.2. Données hydrobiologiques sur le Dard

4.3. La Seille à Neuvy

5. Plan de la grotte du Dard

6. Synthèse des sources ponctuelles de pollution sur le plateau

7. Quelques épisodes historiques de pollution

7.1. Pollution de la grotte du Dard par lessivage d’un tas de fumier : 25 novembre 2006

7.2. Rejets de la laiterie Monts et Terroirs à Vevy : pollution du 13 août 2008, image actuelle du bassin d’infiltration

7.3. Pollution de la perte à « en Bullin» 13 août 2014

8. Glossaire des sigles et acronymes

Résumé

L’attractivité de la grotte du Dard et de la reculée de Baume-les-Messieurs est non seulement un enjeu local, mais aussi départemental : ils constituent un des tous premiers sites touristiques du Jura. Préoccupé par les développements d’algues sur ces deux secteurs, M le maire s’en est inquiété auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie par une lettre du 31 juillet 2015.

Celle-ci a demandé au Conseil général de l’environnement et du développement durable d’expertiser les causes possibles de ces phénomènes, et de proposer des pistes pour y remédier.

La modernisation de l’éclairage de la grotte il y a environ trois ans est à l’origine du développement végétal observé, le spectre des lumières utilisées passant d’une dominante jaune peu propice à la photosynthèse à une dominante bleue très favorable.

L’état des masses d’eau est qualifié de bon au regard des critères de qualité définis pour l’application de la directive cadre sur l’eau. Les phénomènes d’eutrophisation sont plus ou moins marqués selon les années, mais ont été importants en 2015. Il ressort des témoignages recueillis recoupés avec les données existantes sur les milieux que lors des années d’étiage faible, les petits à-coups de débit lié à des pluies de printemps et d’été sont sans doute à l’origine de purges de nombreuses petites pollutions ponctuelles accumulées dans les réseaux karstiques, et enrichissent le milieu, favorisant la pousse d’algues filamenteuses. Le phénomène n’est pas nouveau.

La mission estime que c’est une action de l’ensemble des émetteurs qui est de nature à réduire les apports de phosphore au milieu, activités économiques, rejets collectifs ou isolés de l’habitat, pratiques agricoles et dépôts sauvages de déchets. L’extrême sensibilité du plateau jurassien aux pollutions est confirmée, et la nécessité d’agir ensemble plutôt que de se focaliser sur une source unique, qui ne permet pas d’obtenir la dynamique collective adaptée à ce type de situation. Elle recommande donc plusieurs thèmes d’intervention tant pour les élus locaux que pour l’administration.