Retour
 

La contribution des formations scientifiques, techniques et industrielles au développement de l'industrie

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'économie et des finances : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Date de remise : Février 2017
99 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

En France, les statistiques montrent qu'il n'y a pas, globalement, à court terme, de pénurie d'ingénieurs. En revanche, aujourd'hui déjà, les entreprises peinent à recruter dans certains secteurs et se plaignent de la difficulté à embaucher aux niveaux bac+2 et bac+3, la tendance à la poursuite d'études ne cessant de s'amplifier. Le monde de l'entreprise souffre par ailleurs d'un déficit d'information auprès des jeunes. Il est donc essentiel de systématiser davantage les contacts entre le système éducatif et les filières industrielles. La mission considère que renforcer les vocations scientifiques et technologiques nécessite une stratégie globale combinant de nombreuses mesures, dont certaines récurrentes ou de long terme. Des propositions concernant les différents niveaux de formation (de l'école primaire au supérieur) et les divers acteurs (les jeunes, les étudiants, les parents, les enseignants, les entreprises...) sont formulées au fil du rapport.

Contexte, objet et périmètre de la mission

Interlocuteurs rencontrés et lieux visités

Problématique générale

Principales recommandations

1. Il n’existe pas, à court terme, de pénurie d’ingénieurs…

1.1. Une offre d’emplois qui équilibre la demande

1.2. Des salaires corrects mais qui stagnent

1.3. Un taux de chômage des ingénieurs très inférieur au taux national

1.4. Une mobilité liée en grande partie à de meilleures opportunités

1.5. Une connaissance des départs à la retraite à parfaire

2. … mais certains secteurs présentent un déficit de compétences

2.1. Certains secteurs peinent à recruter

2.2. Des phénomènes de concurrence existent entre les entreprises

2.3. Le manque d’attractivité et la perception de la rareté

2.4. Les créations d’emplois d’ici 2022

2.5. Les métiers en 2030

2.6. Une difficulté de recrutement aux niveaux bac + 2 et bac + 3

3. Adapter l’offre de formation aux attentes de l’économie

3.1. Une offre de formation initiale nécessitant des adaptations

3.2. Une offre de formation tout au long de la vie sous‐dimensionnée

3.3. Une offre de formation à ouvrir plus largement aux étudiants étrangers

4. Mieux exploiter les viviers

4.1. Les bacheliers technologiques ou professionnels et la poursuite d’études

4.2. Le bac S et l’enseignement supérieur scientifique et technologique

4.3. L’ouverture sociale et les nouveaux flux de diplômés

4.4. Les jeunes filles et les filières scientifiques et technologiques

4.5. L’alternance, l’apprentissage et le contrat de professionnalisation

4.6. La question des docteurs

5. Valoriser l’image des sciences et des technologies, des filières et des métiers

5.1. La représentation et l’image de la science et de la technologie

5.2. L’évolution du rôle de l’ingénieur

Annexes

Annexe 1 : Lettre de saisine

Annexe 2 : Liste des personnes rencontrées

Annexe 3 : Tableaux, graphiques et textes complémentaires