Retour
 

Diagnostic sur les indices statistiques des coûts de construction et sur les marges des entreprises du secteur

Auteur(s) :

Editeur :

  • Inspection générale des finances : Conseil général de l'environnement et du développement durable

Date de remise : Avril 2014
190 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Dans le cadre de la démarche de modernisation de l'action publique (MAP), ce rapport examine l'évolution des coûts dans le secteur de la construction dans le domaine résidentiel et analyse l'efficience de ce marché. Pour cela, elle a amélioré les indicateurs statistiques disponibles et constate que la croissance des coûts est modérée et que les marges pratiquées par les entreprises du secteur sont significativement inférieures à celles de l'ensemble de l'économie.

INTRODUCTION

1. L’ANALYSE DES INDICES STATISTIQUES CONDUIT À REMETTRE EN CAUSE L’HYPOTHÈSE D’UNE DÉRIVE DES COÛTS ET PRIX DE CONSTRUCTION EN FRANCE

1.1. Plusieurs catégories de facteurs concourent à l’évolution de ces indices

1.2. L’interprétation des indices publiés conduit à constater certains paradoxes qui justifient de procéder à une analyse plus approfondie

1.3. Des index de coût à corriger significativement à la baisse
1.3.1. Une méthode d’établissement imparfaite
1.3.2. Des évolutions inadéquates du poste matériaux, notamment de 2004 à 2008
1.3.3. Des corrections marginales sur les salaires et charges annexes

1.4. Un indice des prix qui incorpore une part d’effet qualité

1.5. L’outil statistique tel qu’il existait jusqu’à présent ne donnait pas une représentation fiable de la réalité
1.5.1. Un différentiel réduit de croissance des coûts de la construction entre la France et l’Allemagne
1.5.2. Le prix de la construction croît en France plus vite que les coûts de 2004 à 2008 mais reste depuis 2004 à un niveau inférieur à celui de l’Allemagne

1.6. En conclusion, l’analyse des indices conduit à remettre en cause l’hypothèse initiale d’une dérive des coûts et des prix en France

2. L’ÉTUDE DES MARGES DES ENTREPRISES DE LA FILIÈRE DE LA CONSTRUCTION ET RÉNOVATION DE BÂTIMENTS NE FAIT PAS APPARAÎTRE D’ANOMALIES LAISSANT SUPPOSER L’EXISTENCE DE PHÉNOMÈNES ANORMAUX DE CAPTATION DE MARGES

2.1. La mission a procédé à l’analyse des données de la comptabilité nationale mais aussi des déclarations fiscales des entreprises

2.2. Les 350 000 entreprises de la filière de la construction et rénovation de bâtiments génèrent 102 Md€ de valeur ajoutée, soit 5 % du PIB

2.3. Le taux de marge moyen de cette filière est inférieur à celui du reste de l’économie

2.4. Les marges se contractent depuis la crise économique et financière de 2008

2.5. Quelques secteurs présentent des taux de marge plus élevés, que la situation de concentration ne suffit pas toujours à expliquer

2.6. Du fait de la cyclicité du secteur immobilier, les marges des entreprises du secteur de la construction connaissent de fortes variations mais demeurent significativement inférieures à celles de l’ensemble de l’économie

CONCLUSION

ANNEXES
ANNEXE 1 : ANALYSE DES INDICES STATISTIQUES DE LA CONSTRUCTION
ANNEXE 2 : ANALYSE DES MARGES DES ENTREPRISES DE LA FILIÈRE CONSTRUCTION
ANNEXE 3 : LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES
ANNEXE 4 : GLOSSAIRE
ANNEXE 5 : LETTRE DE MISSION

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Logement neuf

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP