Retour
 

Dispositif "Communication, éducation, sensibilisation et participation" (CESP) du plan national d'action relatif aux milieux humides - Analyse, évaluation et propositions de renforcement

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

Date de remise : Février 2018
54 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Les plans nationaux d'action en faveur des zones humides et les stratégies « Communication, éducation, sensibilisation, participation » (CESP) successives répondent à l'un des engagements de la France pays signataire de la Convention Ramsar. S'ils n'ont pas permis de stopper la dégradation ou la disparition des zones humides « remarquables », le phénomène aurait été accru sans la mise en oeuvre de la stratégie CESP. Toutefois, le bilan de la stratégie pour la période 2012-2014 souligne les limites, en matière de responsabilité des actions, d'appropriation, et d'évaluation de son efficacité au regard de l'objectif principal visé. Le premier constat est le relatif isolement des acteurs de la stratégie. Selon la mission, il est souhaitable qu'elle opte pour des angles d'approche nouveaux (adaptation au changement climatique) et se construise sur les avantages « non marchands » et leur rôle de régulation hydraulique. Elle doit mieux identifier les publics cibles, définir un mandat clair pour les acteurs et proposer un dispositif de suivi et d'évaluation basé sur des indicateurs pertinents et partagés. L'organisation d'événements impacte la charge de travail des services et ne garantit pas un résultat à la hauteur de l'investissement. La nouvelle stratégie doit s'appuyer sur la stratégie nationale pour la biodiversité et ses déclinaisons régionales. Elle doit s'adapter à un nouveau contexte institutionnel, dont la création de l'Agence française pour la biodiversité et la réorganisation territoriale. L'agence devra redéfinir une ambition commune pour les pôles-relais zones humides, mais dont le périmètre d'intervention et les modes d'intervention doivent être revus et mieux coordonnés. Enfin, la politique en faveur des zones humides, et son volet CESP, ne pourra trouver une réelle efficacité que dans le cadre d'un véritable engagement interministériel, en particulier dans le cadre de la relance de la Stratégie nationale pour la biodiversité.

Résumé

Liste des recommandations

Introduction

1. La stratégie CESP pour la période 2012-2014

1.1. Les objectifs

1.2. Le périmètre de la CESP et de son plan d’actions

1.3. Une stratégie en 3 axes et 13 actions

1.4. La mise en oeuvre : du national au local

1.5. Des aides de fonctionnement dédiées

2. Les acteurs et les vecteurs de la stratégie

2.1. Les acteurs
 2.1.1. Un garant pour la mise en oeuvre de la CESP, le groupe thématique « CESP »
 2.1.2. Les pôles-relais zones humides : des partenaires incontournables, mais des perspectives à consolider
 2.1.3. Des acteurs clé : l’association Ramsar France et les gestionnaires des sites
 2.1.4. Des agences de l’eau impliquées dans la CESP et l’animation territoriale
 2.1.5. La place de l’école formatrice et de l’éducation à l’environnement et au développement durable
 2.1.6. Les collectivités et les autres acteurs du territoire

2.2. Des vecteurs de communication de qualité, mais insuffisamment coordonnés
 2.2.1. Le portail « zones humides – eaufrance »
 2.2.2. « Zones Humides Infos » et les lettres d’information
 2.2.3. Un rendez-vous annuel phare : la Journée mondiale des zones humides
 2.2.4. …et bien d’autres événements

3. Éléments de bilan et pistes d’amélioration

3.1. Un bilan qualitativement encourageant, mais une stratégie insuffisamment ancrée sur les initiatives territoriales
 3.1.1. Des concepts trop abstraits et un suivi de la mise en oeuvre insuffisant
 3.1.2. L’incertitude des publics cibles, l’insuffisance des moyens, le foisonnement peu coordonné des outils et des acteurs
 3.1.3. Des liens avec les chercheurs encore insuffisants

3.2. Les pistes de progrès
 3.2.1. Améliorer la co-construction, resserrer les ambitions et les faire partager
 3.2.2. Rationaliser les supports et mieux cibler les actions de communication

3.3. Améliorer l’appropriation des enjeux au niveau des territoires
 3.3.1. Mobiliser les compétences des collectivités
 3.3.2. Conforter l’implication des agriculteurs dans le cadre de projets de territoire
 3.3.3. Utiliser les démarches d’atlas de la biodiversité communale comme outils d’information et de sensibilisation sur les zones humides à l’échelon local
 3.3.4. Soutenir l’action des réseaux associatifs
 3.3.5. Valoriser les avis des missions régionales d’autorité environnementale comme outils de sensibilisation des collectivités sur la préservation des zones humides

3.4. L’agence française pour la biodiversité, un acteur clé pour donner une nouvelle dynamique à un dispositif essentiel
 3.4.1. « Repenser » les pôles-relais zones humides
 3.4.2. Construire et animer le dispositif de suivi de la CESP
 3.4.3. Agir sur la formation
 3.4.4. Réussir l’articulation avec les autres politiques en faveur de la biodiversité et de l’aménagement du territoire et favoriser le dialogue interministériel

Conclusion

Annexes
 1. Lettre de mission
 2. Liste des personnes rencontrées
 3. Glossaire des sigles et acronymes

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Milieu naturel

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP