Retour
 

Certification intermédiaire dans le cycle du baccalauréat professionnel en trois ans

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Juin 2018
42 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Parmi les dispositions adoptées au moment de la rénovation de la voie professionnelle en 2009 figurait l'introduction d'une certification intermédiaire en cours de cursus conduisant à l'obtention d'un "diplôme intermédiaire" (DI). Dans le cadre de leur programme de travail pour l'année 2016-2017, les inspections générales ont été chargées de dresser un bilan actualisé de la certification intermédiaire. Cette mission intervient sept ans après la mise en oeuvre de la rénovation de la voie professionnelle. La passation d'un diplôme de niveau V (CAP ou BEP) constituait, à l'époque, pour les jeunes et leurs familles, un élément de sécurisation des parcours. Selon le rapport, force est de constater que le peu de valeur que lui accorde le monde professionnel, d'une part, et l'introduction récente de la logique des blocs de compétences, d'autre part, interrogent sinon le maintien de cette certification dans le cadre du cycle du baccalauréat professionnel en trois ans, lequel s'est affirmé comme une voie de réussite pour une part croissante des élèves qui s'y engagent, et à tout le moins les conditions de la délivrance de cette certification, jugées complexes et chronophages.

Synthèse

Introduction 

1. Un dispositif conçu à l’origine pour sécuriser les parcours et qui s’inscrit aujourd’hui dans un paysage de la voie professionnelle qui a profondément changé

1.1. Une volonté de sécuriser les parcours…

1.2. … qui s’est traduite par une complexification du dispositif de certification…

1.3. … aujourd’hui interrogée par la mutation inachevée de l’enseignement professionnel

2. Diplôme intermédiaire - baccalauréat professionnel : quelle relation ?

2.1. Quatre élèves sur cinq présentent le DI, deux sur trois l’obtiennent

2.2. Des disparités importantes apparaissent selon l’académie, les modalités de formation et le secteur d’activité

2.3. 80 % des titulaires du DI réussissent le baccalauréat

2.4. Un tiers des élèves qui ne parviennent pas au baccalauréat sortent avec une qualification de

niveau V obtenue grâce au DI 

3. Le diplôme intermédiaire est peu connu et peu reconnu dans le monde professionnel

3.1. Un constat : le diplôme intermédiaire a peu de valeur dans le monde professionnel

3.2. … dans un paysage où le niveau V demeure un important niveau de qualification dans certains secteurs, faible dans d’autres…

3.3. … avec une préférence affichée pour le CAP…

3.4. … qui laisse peu de place au BEP en tant que diplôme intermédiaire

Conclusion

Annexes

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Baccalaureat

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP