Retour
 

Analyse des possibilités d'extension de la réserve naturelle nationale du marais d'Yves

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

Date de remise : Octobre 2018
50 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Les travaux de protection des communes de Châtelaillon et Yves nécessitent la construction d'une digue de 4 km à l'intérieur de la réserve naturelle nationale du marais d'Yves. Le ministère de la transition écologique et solidaire a souhaité, au titre des mesures d'accompagnement, que soient étudiées les possibilités d'extension de celle-ci. Bien que la réserve naturelle nationale du marais d'Yves soit enclavée entre la route départementale, la voie ferrée et l'océan, les membres de la mission se sont attachés à rechercher des milieux identiques ou proches de ceux présents dans la réserve, et contigus au périmètre existant. Une partie importante des propositions se trouve sur le domaine public maritime, dans la baie d'Yves, incluant l'anse des Boucholeurs et l'anse de Fouras. Cet espace est en lien fonctionnel direct avec la réserve, il constitue un écosystème riche en biodiversité, et sur lequel les oiseaux trouvent une alimentation abondante et diversifiée. Cette partie marine couvre plus de 800 hectares (ha). Le périmètre proposé n'héberge aucune exploitation conchylicole. Du fait de la superposition, avec le périmètre du Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Perthuis, la mission propose une cogestion avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Sur la partie terrestre, l'état des lieux a tenu compte des usages actuels, de la valeur des habitats et des espèces estimées dans les inventaires existants (ZNIEFF1 et sites Natura 2000), et des périmètres classés en zone de préemption « espaces naturels sensibles » par le département. L'option choisie a permis d'identifier un premier lot de parcelles en continuité immédiate de la réserve actuelle, totalisant 36 ha. Elles font l'objet de mesures compensatoires suite à la construction de la digue, pour 13 ha, ou appartiennent à l'État et au conservatoire du littoral. Ces parcelles présentent des habitats semblables à ceux de la réserve. Un second ensemble de 67 ha inclus dans deux ZNIEFF de type I dans l'anse de Fouras est également considéré comme à fort enjeu naturel. Il s'arrête à la limite de l'ancienne décharge de Pré Magnou. La parcelle de 40 ha d'extraction de l'argile nécessaire à l'édification de la digue, est une parcelle longtemps cultivée en maïs, qui est située à 2 km de la réserve. L'avis conforme du ministre du 14 février 2018, sur les travaux dans la réserve, indique que cette parcelle a vocation une fois les écosystèmes restaurés à intégrer la réserve. La mission recommande, dans un premier temps, d'y interdire la chasse, et de confier la définition du suivi scientifique de ce site au conseil scientifique des réserves de Charente-Maritime. Les propositions d'extension exposées dans ce rapport font passer la surface de la réserve naturelle nationale du marais d'Yves de 192 ha à environ 1 100 ha.

Résumé

Liste des recommandations

Introduction

1. Présentation succincte des enjeux dans et autour de la réserve naturelle nationale du marais d’Yves

1.1. Une réserve naturelle nationale enclavée

1.2. Une réserve naturelle offrant une mosaïque d’habitats exceptionnels

1.3. Une digue de protection construite en plein coeur de la réserve naturelle

2. Propositions d’extension du périmètre de la réserve naturelle nationale

2.1. Côté mer : une immense vasière en lien fonctionnel avec la réserve naturelle
2.1.1. Une importante activité conchylicole
2.1.2. Une vasière riche de milieux en liens fonctionnels avec la réserve naturelle
2.1.3. Inclure une partie de l’estran dans la réserve naturelle nationale du marais d’Yves
2.1.4. Des usages à réglementer en fonction des enjeux
2.1.5. Une gouvernance bicéphale à formaliser sur la partie marine

2.2. Côté terre : un environnement naturel confronté à deux modèles agricoles
2.2.1. Une agriculture où l’élevage extensif côtoie de grandes cultures intensives
2.2.2. Des espaces de quiétude, pour l’avifaune, entourent la réserve naturelle

2.3. Maîtrise foncière et espaces naturels sensibles du département

2.4. Des inventaires hors réserve naturelle qui confirment la richesse de la biodiversité

2.5. Une proposition d’extension terrestre aboutissant à deux ensembles
2.5.1. Îlot foncier de 5 ha au nord de la réserve naturelle, propriété du ministère des transports
2.5.2. Îlot de 8 ha, privé, au nord de la réserve naturelle
2.5.3. Trois îlots au sud de la réserve naturelle, propriétés du Conservatoire du littoral et de l’État
2.5.4. Îlot de 67 ha dans l’anse de Fouras

2.6. Autres perspectives d’extension du périmètre de la réserve naturelle

3. Autres mesures d’accompagnement

3.1. Renaturation de la zone d’emprunt de 40 ha

3.2. Une réserve de chasse maritime à étendre sur le domaine public maritime

Conclusion

Annexes

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Parc naturel

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP