Retour
 

Activité physique et pratique sportive pour toutes et tous - Comment mieux intégrer ces pratiques à nos modes de vie ?

Auteur(s) :

Editeur :

  • France Stratégie

Date de remise : Novembre 2018
140 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La France compte aujourd'hui environ 34 millions de pratiquants d'activité physique et sportive. Dans la perspective des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 et du Plan héritage, le gouvernement et la ministre des Sports se sont fixé pour objectif un gain de « 3 millions de pratiquants supplémentaires à l'horizon 2024 ». Dans ce cadre, le Premier ministre a demandé à France Stratégie de réaliser une cartographie des pratiques et des freins aux pratiques ainsi que d'identifier les bonnes pratiques, au niveau national et dans les pays européens comparables, susceptibles de « créer une culture de la pratique d'activité physique et sportive qui contribue au mieux vivre ensemble, dans une société plus fraternelle, en faveur de tous ».

Synthèse

Introduction

PARTIE 1 – CONSTATS

Chapitre 1 – Cartographie des pratiques d’activité physique et sportive
1. De quoi parle-t-on ?
1.1. Définitions et données disponibles
1.2. Des pratiques en fortes évolutions depuis deux décennies

2. Qui pratique (ou non) une activité physique et sportive ?
2.1. Malgré une démocratisation, des non-pratiquants encore très nombreux
2.2. Des modes de vie et des temps sociaux encore trop peu perméables à l’activité physique et sportive
2.3. Des inégalités de pratiques encore très marquées

3. Quelles trajectoires de pratiques d’activité physique et sportive ?
3.1. Des trajectoires étroitement liées aux étapes clés de la vie
3.2. Au-delà, quelques grands types de trajectoires d’activité physique et sportive

4. Quelles figures de pratiquants ?

Chapitre 2 – Quels freins à la pratique et quels enseignements pour l’action publique ?
1. L’enjeu crucial du « contexte » et de l’environnement quotidien
1.1. Le poids de la norme et des représentations liées à l’activité physique et sportive
1.2. L’environnement physique immédiat adapté (ou non) à la pratique d’activité physique et sportive
1.3. Le rôle de l’environnement social et de l’entourage

2. Les facteurs liés à la situation individuelle
2.1. Le temps disponible à consacrer à la pratique : entre contrainte réelle et contrainte déclarée
2.2. La motivation et les aspects psychologiques
2.3. Le poids des routines et des habitudes de vie
2.4. Les capacités physiques et le rapport au corps

3. La nécessité de cibler des publics confrontés à des freins spécifiques
3.1. Pour les femmes, le double enjeu de la conciliation avec la vie professionnelle et familiale et de l’offre de pratiques adaptées
3.2. Pour les personnes ayant un pouvoir d’achat modeste, l’enjeu du coût financier
3.3. Pour les personnes en situation de handicap, l’enjeu de l’accessibilité de l’offre adaptée

4. L’importance d’agir sur l’ensemble du cycle de vie
4.1. L’enfance et l’adolescence, périodes clés de construction du goût, mais aussi de l’aversion pour la pratique d’activité
4.2. L’activité physique et sportive peut être amorcée à tout âge

PARTIE 2 – ORIENTATIONS

Chapitre 3 – Faire évoluer nos représentations collectives
1. Faire évoluer les stratégies de communication auprès du grand public
1.1. Privilégier une communication bienveillante et centrée sur les bienfaits immédiats de l’activité physique
1.2. Développer une communication ciblée sur les risques liés à une activité physique et sportive inadaptée
1.3. Faire des « pratiquants ordinaires » les nouveaux ambassadeurs de l’activité physique et sportive

2. Faire un effort massif de communication auprès de relais plus diversifiés
2.1. Diversifier les acteurs relais
2.2. Sensibiliser les élus locaux, les architectes et les urbanistes à leur rôle dans le développement de l’activité physique et sportive pour tous

Chapitre 4 – Inscrire l’activité physique et sportive dans nos temps quotidiens
1. Le temps de l’enfance et de l’adolescence, période clé pour la construction sociale du goût pour l’activité physique et sportive
1.1. Investir les temps de déplacements quotidiens pour les mobilités actives
1.2. Réaffirmer le rôle majeur de l’école primaire pour l’acquisition des savoirs fondamentaux tels que le savoir nager et le savoir pédaler
1.3. Insérer l’activité physique dans la routine d’une classe, comme moteur pour les apprentissages et le bien-être à l’école
1.4. Faire évoluer l’offre existante à destination des enfants et des adolescents
1.5. Développer des offres aux familles, avec des temps d’activité partagés enfants/parents

2. Le temps de la vie professionnelle, avec l’enjeu clé de la conciliation
2.1. L’activité physique pour le salarié, un levier de bien-être au travail
2.2. Le lieu de travail pourvoyeur d’opportunités et d’incitations supplémentaires pour la pratique ?
2.3. Le temps de déplacement domicile-travail à investir pour pratiquer le vélo ou la marche

3. Le temps de la retraite et du grand âge, de nouvelles opportunités de pratique ?
3.1. Le temps des loisirs et le temps de la grand-parentalité
3.2. Le temps du grand âge et de la perte d’autonomie

Chapitre 5 – Repenser nos espaces de vie pour favoriser l’activité physique et sportive
1. Mieux mobiliser l’existant
1.1. Mieux utiliser les équipements sportifs existants
1.2. Mobiliser davantage les espaces publics disponibles
1.3. Se réapproprier ponctuellement la voirie publique

2. Insérer les lieux de pratiques au coeur de nos lieux de vie
2.1. Cibler les constructions ou rénovations dans les territoires les plus carencés
2.2. Construire ou rénover des bâtiments en intégrant des lieux de pratique
2.3. Combiner parcours de mobilités et lieux de pratiques au coeur de la ville

3. Rendre nos espaces de vie favorables à la marche et au vélo
3.1. Un enjeu crucial et des marges de progression très importantes, en particulier dans les villes moyennes
3.2. Partager la voirie et prioriser la continuité des parcours de déplacement pour les piétons et les cyclistes
3.3. Développer des écosystèmes favorables à la marche et au vélo

Chapitre 6 – Renforcer les actions ciblées vers les publics les plus éloignés de la pratique d’activité physique et sportive
1. Poursuivre le développement d’offres spécifiques pour les publics cibles
1.1. Pour les femmes, notamment les jeunes filles moins favorisées, améliorer la mixité de l’offre et poursuivre l’effort d’une offre dédiée
1.2. À chaque public cible, son offre dédiée ?

2. Favoriser une structuration de l’offre au niveau territorial pertinent
2.1. Pour les territoires où l’offre est insuffisante, des mutualisations à imaginer
2.2. Miser sur les effets à moyen terme des programmes multipartenariaux
2.3. Repenser le déploiement d’une offre multi-publics au niveau territorial

3. Mieux orienter l’usager vers l’offre existante

4. Poser la question des coûts d’accès à la pratique pour les publics défavorisés

Conclusion

Liste des préconisations

Annexes
Annexe 1 – Lettre de mission
Annexe 2 – Personnes auditionnées
Annexe 3 – L’enquête qualitative de Kantar Public : cadre et méthodologie
Annexe 4 – Sigles et abréviations