Retour
 

Prévenir les impacts des crises sanitaires en améliorant la communication sur les risques

Auteur(s) :

    • FRANCE. Conseil national de l'alimentation

Editeur :

  • Conseil national de l'alimentation

Date de remise : Juin 2006
32 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Le Conseil national de l'alimentation (CNA) à la demande du ministre de l'agriculture a rédigé un avis sur la communication collective qu'elle soit publique ou privée, dès lors que pour faire face aux crises la communication émane de ces différents univers. En outre, partant du postulat que pour créer les conditions de la confiance du consommateur, il faut être en mesure de garantir la crédibilité des dispositifs de maîtrise des risques et communiquer sur leur fiabilité, le CNA a souhaité réfléchir non seulement à l'optimisation de la communication sur le dispositif existant mais aussi aux propositions d'optimisation du dispositif lui-même. En revanche, le CNA a écarté la communication promotionnelle et la publicité, qu'elles soient le fait d'émetteurs individuels ou collectifs. Le groupe de travail s'est attaché à identifier l'origine des problèmes de crédibilité des émetteurs en auditionnant des personnalités concernées directement par des crises sanitaires passées et des experts de différentes disciplines du champ des sciences de la vie et des sciences humaines et sociales. Sur ces bases et à partir d'un débat nourri, le groupe de travail propose des solutions concrètes susceptibles d'instaurer et d'entretenir un climat de confiance entre les acteurs, après avoir pris soin de préciser le rôle et les responsabilités de chacun.

Préambule

1. Qu'est-ce qu'une crise et comment la traiter ?

1.1. Essai de définition

1.2. Identification de la crise
 1.2.1. Survie
 1.2.2. Environnement direct
 1.2.3. Société

1.3. Analyse de la crise

1.4. Analyse des faits

1.5. Analyse du risque médiatique

2. La notion de risques liés à l'alimentation et l'analyse des risques

2.1. Les risques alimentaires
 2.1.1. Leur nature
 2.1.2. Les difficultés de communication sur des risques asymptotiques

2.2. L'analyse des risques
 2.2.1. L'évaluation des risques
 2.2.2. La gestion des risques
 2.2.3. La communication sur les risques

2.3. Les limites du processus standard de l'analyse des risques relatives à la communication
 2.3.1. Des modalités de communication qui génèrent le doute
2.3.2. Une fonction qui n'est pas dévolue à une autorité donnée

2.4. Les aspects juridiques de la communication sur les risques
 2.4.1. La communication par les pouvoirs publics
2.4.1.1. Qui ?
2.4.1.2. Quand ?
2.4.1.3. Quoi ?
2.4.1.4. Comment ? .
2.4.2. La communication par les entreprises
2.4.2.1. Sélection de textes
2.4.3. Conséquences .
2.4.3.1. Droit commun de la responsabilité
2.4.3.2. Responsabilités liées aux insuffisances de la communication
2.4.3.3. Cas particulier de la responsabilité liée à la surestimation des risques
2.4.3.4. Pour limiter (le coût de) la responsabilité

3. Le consommateur et les acteurs de la communication sur l'alimentation

3.1. Le consommateur
3.1.1. L'omnivore inquiet
3.1.2. Les associations qui le représentent
3.1.3. L'opinion et ses peurs
3.1.4. L'ère du soupçon
 3.1.5. La perte des grands référents

3.2. L'expert et l'expertise
3.2.1. La décennie de tous les changements
3.2.2. La finalité et les principes organisationnels de l'expertise sanitaire
3.2.3. Conséquences de l'avènement d'une expertise sanitaire
3.2.3.1. Sur la perception des risques
3.2.3.2. Sur la communication des experts

3.3. Le producteur et la chaîne alimentaire
3.3.1. Les organisations professionnelles de la chaîne alimentaire
3.3.2. Les organisations agricoles
3.3.2.1. Les organisations de producteurs
3.3.2.2. Les organisations de filières ou interprofessions
3.3.2.3. Les " offices par produits "
3.3.3. Les organisations dédiées à la communication professionnelle collective

3.4. Le journaliste et les médias
3.4.1. Comment travaillent les journalistes ?
3.4.1.1. Le journaliste selon la loi
3.4.1.2. Le métier
3.4.1.3. Les sources du journaliste
 3.4.1.4. Les lois de proximité

3.5. Le politique
3.5.1. La nécessaire parole du politique
3.5.1.1. De la cacophonie à la polyphonie
3.5.1.2. Sa fonction lui en donne le droit
3.5.2. Les discours du politique
3.5.2.1. Le temps des discours
3.5.2.2. La fin des discours
3.5.3. Après la crise
3.5.3.1. Le retour de crise
3.5.3.2. Le temps du souvenir

3.6. Les services impliqués dans la gestion des risques
3.6.1. Au niveau communautaire
3.6.2. Au niveau national

4. Les voies d'amélioration de la communication sur les risques de l'alimentation

4.1. Réaménager le dispositif d'analyse des risques
4.1.1. Réorganiser la communication autour du fait scientifique
4.1.1.1. Créer un porte-parolat scientifique 
4.1.1.2. Pouvoir organiser des conférences de citoyens
4.1.2. Constituer une source d'informations sur l'alimentation
4.1.3. Glisser de la simple évaluation des risques à une approche coûts/bénéfices
4.1.4. Organiser périodiquement des débats sur les risques liés à l'alimentation et leur évolution

4.2. Réaménager le dispositif de gestion de crise
4.2.1. Mieux coordonner la communication en temps de crise
4.2.2. Mieux gérer la sortie de crise

4.3. Accompagner les filières dans le champ des risques nutritionnels

4.4. Aménager les conditions d'une communication professionnelle collective plus efficiente
4.4.1. Garantir la fiabilité des messages
4.4.2. Faciliter l'accès aux espaces de communication
4.4.3. Développer des partenariats ponctuels avec les organisations de consommateurs

4.5. Donner aux consommateurs les repères utiles et accroître leur implication

5. Recommandations .

6. Composition du groupe de travail

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Alimentation

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP