Retour
 

L'impact de l'immigration sur le marché du travail, les finances publiques et la croissance

Auteur(s) :

    • France Stratégie

Editeur :

  • Premier ministre

Date de remise : Juillet 2019
222 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

À la demande du comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale, France Stratégie propose une revue de littérature sur l'impact de l'immigration sur ces trois volets. De manière globale, en France, l'impact de l'immigration sur le marché du travail, les finances publiques et la croissance n'apparaît pas de grande ampleur. Les comparaisons internationales montrent que les impacts dépendent de la composition des flux d'immigration et des caractéristiques des pays d'accueil, notamment en matière de fonctionnement du marché du travail et d'étendue de l'Etat providence.

Synthèse

Chapitre 1 – L’immigration en France : caractéristiques et spécificités

1. Bref rappel des concepts et du cadre général des politiques d’immigration
 1.1. Qu’est-ce qu’un immigré ?
 1.2. Il existe une émigration des immigrés
 1.3. Pourquoi immigrer ? Une diversité des motifs
 1.4. L’hétérogénéité des flux conduit à distinguer différentes catégories d’immigration
 1.5. Les trajectoires individuelles ne se résument pas à la catégorie d’entrée
 1.6. Les situations irrégulières ne se limitent pas aux entrées irrégulières

2. La population immigrée en France : état des lieux et tendances récentes
 2.1. Une immigration ancienne dont la composition a fluctué
 2.2. Les immigrés représentent un peu moins de 10 % de la population en France, avec des disparités territoriales
 2.3. Une croissance des flux plutôt modérée en comparaison internationale
 2.4. L’immigration pour motif économique progresse et sa part n’est pas négligeable en incluant la liberté de circulation au sein de l’UE
 2.5. Un niveau d’éducation hétérogène, en progrès mais toujours en retrait
 2.6. Des immigrés plus souvent en âge de travailler que les non-immigrés
 2.7. La population immigrée se féminise
 2.8. Des origines plus diversifiées mais encore marquées par l’histoire
 2.9. Quel est le profil des immigrés en situation irrégulière ?

Chapitre 2 – Immigration et marché du travail

1. La situation des immigrés sur le marché du travail
 1.1. Des différences d’insertion selon les catégories d’immigration
 1.2. Un taux d’activité tiré vers le bas par la forte sous-activité féminine
 1.3. Un chômage nettement supérieur à celui des non-immigrés
 1.4. D’où des taux d’emploi nettement inférieurs à ceux des non-immigrés
 1.5. Des différences significatives de revenus d’activité
 1.6. Les immigrés sont surreprésentés dans certains secteurs
 1.7. Quelles spécificités des immigrés irréguliers sur le marché du travail ?

2. De multiples enjeux d’intégration face aux risques de chômage ou de déclassement
 2.1. La barrière linguistique dégrade l’accès à l’emploi et surtout les revenus
 2.2. Le niveau d’éducation estimé n’intègre pas les différences de qualité des systèmes éducatifs
 2.3. La perception par les employeurs dépend en partie de la reconnaissance des qualifications
 2.4. L’expérience professionnelle antérieure n’est pas toujours valorisée ou transposable
 2.5. Des vulnérabilités sont liées aux épisodes traversés et à la situation à l’arrivée
 2.6. Il existe des barrières légales
 2.7. Une discrimination délibérée peut s’ajouter aux divers handicaps
 2.8. Mais certains obstacles s’atténuent avec la durée de séjour

3. L’impact de l’immigration sur les résidents
 3.1. Le cadre théorique choisi conditionne les scénarios d’ajustement
 3.2. Il est possible de recourir à différentes approches empiriques qui se complètent
 3.3. Les approches empiriques dites structurelles sont en phase avec la théorie sur les salaires, mais tendent à négliger la question de l’emploi
 3.4. Les approches non structurelles dites spatiales pâtissent d’un risque d’endogénéité
 3.5. Les approches non structurelles par segments du marché du travail approfondissent l’analyse, mais relèvent toujours d’un cadre d’équilibre partiel
 3.6. L’étude des « expériences naturelles » porte souvent sur des épisodes peu représentatifs de la diversité de l’immigration
 3.7. Un consensus quant à une faiblesse des impacts sur les non-immigrés, qui renvoie à la situation des immigrés eux-mêmes
 3.8. Les ajustements transitent dans des proportions variables par les salaires ou l’emploi selon le type de marché du travail
 3.9. La faiblesse de l’impact moyen peut cacher des gagnants et perdants, en fonction de la substituabilité aux immigrés
 3.10. La complémentarité entre immigrés et non-immigrés pose la question des pénuries de main-d’oeuvre
 3.11. La définition de la notion de pénurie de main-d’oeuvre n’est pas immédiate
 3.12. L’immigration est une réponse de pertinence inégale aux pénuries de main-d’oeuvre

Chapitre 3 – L’impact de l’immigration sur les finances publiques

1. Le choix de la fenêtre temporelle et de l’horizon d’analyse est crucial
 1.1. La période de référence doit limiter l’impact du cycle économique
 1.2. Les approches statiques négligent les effets de cycle de vie
 1.3. Les approches dynamiques ont des avantages… et des limites
 1.4. Le choix de la population étudiée est une question complexe, mais stratégique

2. Les effets démographiques de l’immigration ne doivent pas être surestimés
 2.1. L’impact de l’immigration est limité, transitoire et conditionnel
 2.2. La situation démographique est plutôt favorable en France

3. Enjeux de prise en compte des finances publiques au-delà des transferts directs en espèces du système socio-fiscal
 3.1. Les dépenses d’éducation renvoient avant tout à la structure par âge
 3.2. Concernant les dépenses de santé, il n’est pas établi que les immigrés se distinguent
 3.3. Les immigrés consomment davantage de services de logement
 3.4. Il existe des dépenses d’accompagnement spécifiques à certains flux d’immigration
 3.5. La prise en compte des biens publics soulève des difficultés conceptuelles ou statistiques
 3.6. Il existe des coûts de gestion et de prise en charge de l’immigration irrégulière ou en attente de régularisation
 3.7. Les prélèvements obligatoires autres que les prélèvements directs sur les ménages sont assez peu étudiés

4. Grands constats
 4.1. Un impact très lié à la situation des immigrés vis-à-vis du marché du travail
 4.2. Un impact qui dépend donc des caractéristiques des populations accueillies
 4.3. Un impact qui dépend aussi du système socio-fiscal et du poids des services publics
 4.4. Un impact différentiel des immigrés sur le déficit évalué à environ 0,3 point de PIB pour la France
 4.5. Mais un impact potentiellement asymétrique sur les finances locales et nationales

Chapitre 4 – L’impact de l’immigration sur la croissance

1. Un sujet encore récent, avec des analyses plutôt centrées sur la croissance par habitant

2. La modélisation théorique conduit à distinguer de multiples déterminants de la croissance par habitant

3. Des études empiriques tendent à indiquer l’existence d’effets positifs de l’immigration sur la croissance par habitant

4. Ces effets positifs de l’immigration transiteraient par la productivité globale des facteurs notamment via la diversité et l’innovation

 Annexe – Quelques données supplémentaires

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Immigration

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP