Retour
 

L'enseignement français à l'étranger, contribution à notre rayonnement culturel : un bilan en demi-teinte : rapport à M. le ministre des affaires étrangères

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère des affaires étrangères

Date de remise : Juillet 1996
159 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Bilan de l'action de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) depuis sa création en 1990. Exposé des dysfonctionnements de cette agence : réseau d'écoles denses mais mal réparties, absence de suivi, désaffection due aux failles du système d'enseignement supérieur... Puis ensemble de propositions qui s'articulent autour de six grands thèmes : définition d'une stratégie pour l'enseignement à l'étranger, amélioration de la connaissance du fonctionnement du réseau, maintien de l'Agence (AEFE), adaptation de ses règles de fonctionnement, mise en place d'une politique d'évaluation, d'orientation et de suivi des résultats de l'Agence, intégration de la dimension européenne.


RAPPORT Page 1 à 93


SECTION 1


PARTIE 1: LE RESEAU SCOLAIRE FRANCAIS DE L'ETRANGER: UN RESEAU PERFORMANT MAIS PERFECTIBLE. p. 9


1/ Un réseau dense mais une répartition peu équilibrée et inadaptée p. 12


C/ La nécessité de prendre en compte les besoins des expatriés p. 15


2/ Un réseau de qualité mais une absence regrettable de suivi p. 19


B/ mais largement méconnu par une absence de suivi p. 21


3/ Un réseau victime de rigidités p. 23


A/ Un effort réel d'amélioration de la gestion p. 23


2 - La relative "sanctuarisation" des crédits p. 25


B/ La nécessité de rationaliser le système p. 26


1 - Politique des tarifs et politique des bourses : un bilan mitigé p. 26


b).. compensée par une politique des bourses affirmée et soutenue p. 28


2 - Un redéploiement des effectifs entamé avec timidité p. 31


b) Les enjeux et les zones du redéploiement p. 33


RATIONALISATION DE L'ORGANISATION ET DU FONCTIONNEMENT DU RESEAU p. 35


SECTION 2


PARTIE 2 : LA CONTRIBUTION DU RESEAU A NOTRE RAYONNEMENT CULTUREL : UNE PARTICIPATION A ECLIPSE ? p. 46


1/ Le réseau français d'enseignement à l'étranger : un réseau à la hauteur des ambitions de la France ? p. 48


A/ Le réseau français d'enseignement à l'étranger: la tentation du vase clos ? p. 51


2 - ...mais une coopération linguistique et éducative qui reste timide p. 53


b) L'importance des enjeux d'une politique de coopération active et soutenue p. 55


B/ Le réseau d'enseignement à l'étranger : un réseau de qualité mais une attractivité et un impact local de plus en plus limités ? p. 58


2 - Un réseau concurrencé et moins attractif ? p. 59


2/ Un réseau à la hauteur des espoirs de la France ? p. 62


A/ L'attractivité du réseau d'enseignement français: tributaire d'une politique d'orientation adaptée p. 64


2 - Une orientation attrayante : un ancrage assuré à la France p. 66


B/ L'attractivité du réseau d'enseignement français est fonction de l'adaptabilité du système d'enseignement supérieur français p. 67


1 - Une désaffection due aux failles du système français d'enseignement supérieur p. 68


b) un manque d'ouverture sur l'international p. 69


2 - Une désaffection conjoncturelle p. 70


b) Une approche solvable des marchés de l'éducation p. 71


CONCLUSION PROSPECTIVE : VERS UNE NOUVELLE DIMENSION DE NOTRE POLITIQUE DE RAYONNEMENT LINGUISTIQUE ECONOMIQUE ET CULTURELLE ? p. 79


. Intégrer la dimension européenne p. 79


- La nécessité de promouvoir et développer les filières bilingues p. 83


. La nécessité d'unifier le réseau p. 87


SECTION 3


ANNEXES








Monsieur le Député,


Dans le souci d'associer le Parlement à la réflexion sur les orientations de notre politique extérieure, notamment dans le domaine culturel, je souhaite vous confier une mission d'étude et de propositions auprès du Ministre des Affaires Etrangères. Elle portera sur un des aspects essentiels de notre présence culturelle à l'étranger, l'enseignement français dans le monde.


Comme vous le savez, la France dispose d'un réseau d'établissements scolaires à l'étranger dont la densité et le rayonnement sont sans équivalent dans le monde. Il compte près de 300 écoles, collèges ou lycées à programmes français, répartis dans plus de 120 pays et assurant la formation de 150 000 élèves dont 60 000 français.


Cet ensembie relève de la responsabilité de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), établissement public à caractère administratif, créé en 1990 et placé sous la double tutelle du Ministre des Affaires Etrangères et du Ministre délégué chargé de la Coopération.


MM. de CHARETTE et GODFRAIN attachent, comme je le fais personnellement, la plus grande importance à la qualité et au développement de ce réseau scolaire. Je sais aussi combien les parlementaires y sont attentifs. Aussi, malgré une conjoncture budgétaire difficile, le Gouvernement a veillé à ce que les moyens nécessaires à l'AEFE soient maintenus.


Cependant, compte tenu de la création récente de l'Agence et des préoccupations légitimes de nos compatriotes expatriés, j'attacherais du prix à connaître vos observations et vos suggestions sur trois points :


1 / Peut-on affirmer que l'enseignement français à l'étranger assure aux enfants de nos ressortissants la même qualité et le même niveau que celui qu'ils recevraient en France ?


2 / En quoi ce réseau, qui scolarise un nombre d'enfants étrangers largement supérieur à celui des enfants français, contribue-t-il à notre rayonnement culturel ? Les bénéfices que la France en tire sont-ils à la mesure des efforts financiers consentis ? D'autres formules sont-elles à promouvoir ?


3 / Quel rôle ce réseau peut-il jouer au service de notre politique d'expansion économique et commerciale ? Répond-il bien aux besoins des cadres expatriés de nos entreprises à la conquête de nouveaux marchés extérieurs et quel soutien peut-on attendre en retour de la part de ces entreprises ?


Pour mener à bien cette réflexion, vous disposerez de l'appui des services du Ministère des Affaires Etrangères, notamment de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger. Il serait également utile, pour examiner le troisième point que je vous ai proposé, que vous preniez l'attache des grandes entreprises françaises exportatrices.


Pour cette étude, vous serez nommé auprès de M. Hervé de CHARETTE, Ministre des Affaires Etrangères, en qualité de parlementaire en mission temporaire, en application des dispositions de l'article L.O. 144 du Code Electoral.


Le Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères est à votre disposition pour mettre au point avec vous les différents aspects de l'organisation de cette mission d'étude et de propositions.


Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de ma considération distinguée.


Bien amicalement