Retour
 

Les Perspectives de coopération entre Bordeaux et Toulouse : une analyse statistique : rapport final

Auteur(s) :

Editeur :

  • Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale

Date de remise : Décembre 1997
184 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Ce rapport présente tout d'abord les spécificités des deux métropoles (Bordeaux et Toulouse), avant d'insister sur leurs trajectoires socio-économiques, leurs points communs et leurs divergences. Enfin, leurs dynamiques d'innovation sont présentées, notamment à travers leur potentiel de formation / recherche et le rôle de leurs technopoles.


SECTION 1


I. DES METROPOLES DOMINANTES SUR LE PLAN REGIONAL, A L'INTERNATIONALISATION ENCORE FAIBLE


A. Bordeaux et Toulouse : les spécificités locales


2. Des insertions régionales divergentes


B. L'attractivité internationale des deux métropoles


II. DEUX TRAJECTOIRES SOCIO-ECONOMIQUES ORIGINALES


A. Nature des spécialisations économiques


B. Les potentialités d'évolutions futures


1. Au niveau des évolutions intra-urbaines


III. DES DYNAMIQUES D'INNOVATION CONTRASTEES


A. Un facteur de réussite : le potentiel formation-recherche


B. Des expériences diversifiées en matière de technopoles


SECTION 2


I. ANCRAGE TERRITORIAL ET ESPACES DE COOPÉRATION


I.1 L'ancrage territorial des activitésproductives des deux métropoles


I.2 Ancrage territorial et espaces pertinentsdes activités productives


II. LES PERSPECTIVES DE COOPÉRATIONS INDUSTRIELLES ET TECHNOLOGIQUES ENTRE BORDEAUX ET TOULOUSE


II.1 Quelle approche de la coopération ?


II.2 Les pistes de coopérationdéduites des études sectorielles


SECTION 3


I. LES ACTIVITES AEROSPATIALES. Pôles de développement des agglomérations


I.1 Les mutations du complexe productif aéronautique de Toulouse


I.2 Le système aérospatial dedéfense (ASD) bordelais: croissance, criseet reconversions


I.3 Le Pôle Spatial Toulousain :un système local d'innovation menacé ?


SECTION 4


II. AUTOMOBILE- ELECTRONIQUE- INFORMATIQUE. Un cadre pour de nouvelles rencontres productives entre Bordeaux et Toulouse


II.1 Les impacts différenciés dupôle Aéronautique-Spatial dansles deux agglomérations


II.2 Des modèles de territorialasationdifférenciés


II.3 Les compétences en matièrede recherche


II.4 Les perspectives de coopération


SECTION 5


III. LES INDUSTRIES DE LA SANTE. Compétences et potentiel d'innovation des pôles de Bordeaux et de Toulouse


III.2 Des spécialisations assez similairesmais diversement valorisées


III.3 Les compétences scientifiques ettechnologiques dans leur environnement institutionnel







INTRODUCTION


Le contexte actuel est marqué par de profondes mutations des structures économiques au niveau mondial, ce qui pose la question de l'attractivité internationale des espaces. Dans de nombreux cas, cette question est assimilée à celle de l'intégration dans les réseaux internationaux des systèmes productifs urbains, comme tendent à le montrer certaines analyses de la métropolisation. Les conséquences de telles évolutions sont significatives sur le plan spatial, tant au niveau international que régional ou local puisque sont redéfinies les relations entre nations, entre firmes, etc. S'instaure, de ce fait, une concurrence accrue entre les villes, concurrence qui dépasse désormais le cadre des frontières nationales. Cette concurrence est liée, notamment au choix de localisation des firmes, ce qui explique les efforts menés par certaines villes pour renforcer leur attractivité.


Pour ce qui concerne plus particulièrement la France, les villes françaises étaient autrefois en concurrence entre elles pour attirer les firmes et organismes qui, suite aux délocalisations et déconcentrations, devaient quitter le bassin parisien. C'est dans ce contexte que Toulouse a pu développer son industrie aéronautique et spatiale. Or aujourd'hui, les villes françaises doivent faire face à la concurrence de villes européennes, souvent plus puissantes et plus performantes.


La faiblesse des villes et des régions françaises constitue un handicap. Les tentatives faites pour remédier au déséquilibre entre Paris et le reste de la France n'ont pas véritablement abouti. Les délocalisations et déconcentrations réalisées depuis plus de 50 ans n'ont pas réussi à conférer aux villes françaises une dimension européenne. Après la tentative avortée de constitution d'un grand Sud-Ouest (avec les trois régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) dans les années soixante dix, la DATAR semble vouloir redessiner un grand bassin urbain dans le Sud-Ouest qui s'articulerait autour des deux métropoles régionales de Bordeaux et Toulouse. Cette coopération entre les deux villes leur permettrait d'assurer les fonctions spécifiques à des métropoles d'envergure internationale (pouvoir financier, économique, politique, etc.). Cependant, alors que les élus toulousains se tournent vers l'Arc Méditerranéen, et plus particulièrement vers Barcelone, ceux de l'Aquitaine regardent vers l'Arc Atlantique, espérant tirer profit de la position centrale de Bordeaux.


Longtemps présentées comme des concurrentes, compte tenu de certaines ressemblances qui les caractérisaient, les deux villes présentent cependant des complémentarités au niveau de leurs systèmes productifs locaux ce qui laisse supposer des coopérations futures possibles, dans le but de créer un pôle de dimension européenne.


En effet, de par leurs histoires, ces métropoles régionales se sont toutes deux plus orientées vers l'instauration d'alliances avec d'autres grandes villes, souvent étrangères, que vers le développement de liens avec les villes de leur région. L'une des conséquences a été une déconnexion de ces métropoles vis à vis de leur région, et une faiblesse des armatures urbaines sur le plan régional - surtout dans le cas de Toulouse qui peut être qualifiée, compte tenu de cette absence d'armature urbaine, de ville primatiale. Par conséquent, Bordeaux et Toulouse, parties intégrantes du grand Sud-Ouest, opèrent dans un environnement régional peu porteur.


Par ailleurs, tenues pendant longtemps à l'écart des grands foyers de l'Europe Industrielle, Bordeaux et Toulouse ont raté leur Révolution Industrielle. Cependant, elles ont su développer conjointement une industrie aéronautique sous l'impulsion d'une politique de décentralisation et sous celle des acteurs locaux.


Un état des lieux permettra, dans ce rapport, de faire ressortir, en retenant certains indicateurs, les facteurs de synergie entre les deux villes, et de dépasser l'image traditionnelle de villes concurrentes.


Ces indicateurs permettent une analyse interne dans la mesure où ils visent à mettre en évidence les dynamiques locales à travers les forces et faiblesses des systèmes productifs locaux (en termes d'emploi, de population, d'évolution sectorielle, etc.).


Une analyse externe sera par ailleurs privilégiée pour évaluer l'intégration des deux villes dans des réseaux internationaux stratégiques, notamment à travers des indicateurs tels que les flux d'échanges, les transports, les taux de dépendance dans le cas des grands groupes (à travers la concentration des sièges sociaux), le rôle de l'innovation et de la recherche-développement sur le plan international, et le poids des services dans la constitution de métropoles à vocation internationale.


L'essoufflement de Bordeaux dans certains domaines pourrait alors être dépassé dans le cadre d'une coopération avec Toulouse qui en tirerait elle-même avantage pour leur insertion dans des réseaux de portée internationale.


Ces facteurs de coopération seront mis en évidence à travers trois grandes orientations privilégiées dans ce rapport.


Tout d'abord, nous présenterons les spécificités des deux métropoles qui restent, à l'heure actuelle, plus de dimension régionale, dans la mesure où elles présentent encore une relativement faible intégration internationale.


Par ailleurs, nous insisterons sur l'originalité de leurs trajectoires socio-économiques, en mettant l'accent sur leurs points communs et leurs divergences.


Enfin, nous présenterons les dynamiques d'innovation qui les caractérisent, notamment à travers leur potentiel de formation/recherche et le rôle de leur technopole.






 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Cooperation intercommunale

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP