Retour
 

Pour une nouvelle dynamique du système éducatif en zone rurale isolée : rapport remis au ministre délégué chargé de l'enseignement scolaire

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie

Date de remise : Juillet 1998
79 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Après avoir dressé une typologie des différentes zones rurales (rural profond, rural isolé...), le rapport dresse un diagnostic du système éducatif dans les zones rurales. Ensuite analyse de la place de la politique scolaire dans l'aménagement du territoire et du rôle des acteurs locaux et nationaux dans sa réalisation. Propositions pour améliorer l'enseignement préélémentaire en milieu rural isolé, pour contractualiser et mettre en réseau des établissements scolaires et élargir l'accueil des collèges à d'autres publics afin de rentabiliser les équipements scolaires.


LETTRE DE MISSION

AVANT-PROPOS

I - QUELLES ZONES RURALES ? QUELS ACTEURS

II - DIAGNOSTIC SUR LE SYSTEME EDUCATIF DANS LES ZONES RURALES:
VERS UN CERTAIN CONSENSUS
2.1. Des analyses convergentes sur l'école rurale
2.2. Mais des conditions de travail difficiles pour les enseignants

III - LA POLITIQUE SCOLAIRE EST UNE COMPOSANTE IMPORTANTE DE
L'AMENAGEMENT DES TERRITOIRES RURAUX MAIS ELLE NE CONCERNE PAS
UNIQUEMENT L'EDUCATION NATIONALE
3.1. Une impulsion nécessaire des institutions nationales...
3.2. Mais un engagement des acteurs locaux,
3.3. Pour un développement contractuel de l'école rurale

IV - AMELIORER L'ENSEIGNEMENT PREELEMENTAIRE EN MILIEU RURAL

V - ECOLE PRIMAIRE RURALE: UNE DYNAMIQUE AUTOUR D'UN PROJET
EDUCATIF LOCAL
5.1 Les limites des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI)
5.2. Du regroupement au réseau d'écoles rurales
5.3. Des réseaux et des rencontres
5.3.1. L'hébergement des enfants dans la commune
5.3.2. Une liaison écoles-collège
5.4. Un contrat éducatif local pour un projet éducatif rural
5.4.1. Une discrimination positive
5.4.2. Une coordination locale des services de l'Etat
5.4.3. Une coordination entre les services de l'Etat et les services des collectivités territoriales
5.5 Un engagement de tous les acteurs et tous les partenaires de l'école rurale
5.5.1. Une volonté affirmée des collectivités locales
5.5.2. Un engagement des parents d'élèves
5.5.3. Pour un environnement plus favorable pour les enseignants

VI - QUELS AVENIRS POUR LES PETITS COLLEGES RURAUX ?
6.1. Une insuffisance des moyens humains à la disposition de très petits établissements
6.2. Une offre éducative plus limitée pour les élèves qui a des conséquences sur leur parcours scolaire
6.3. Elargir l'accueil dans le cadre des missions du collège
6.4. - Elargir l'accueil à d'autres publics scolaires
6.5. Elargir les missions du collège en accueillant des publics non scolaires
6.6. Modifier les missions de formation du collège

COMPOSITION DU GROUPE DE TRAVAIL

LISTE DES ORGANISATIONS AUDITIONNEES

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXES : QUELQUES EXPERIENCES SIGNIFICATIVES DES PROJETS
EDUCATIFS EN MILIEU RURAL
ANNEXE 1 : L'école rurale de demain : Proposition de convention cadre
Syndicat Mixte de la Charente-Limousine - 1997
ANNEXE 2 : Département de la Haute-Saone : Charte de fonctionnement des réseaux d'écoles rurales - 3 septembre 1996
ANNEXE 3 : Comment améliorer la qualité de la scolarisation en milieu rural ?: Essai de réponse: le rôle de IEN : Lieu: Mayenne
ANNEXE 4 : Contrat pluriannuel d'aménagement scolaire rural du secteur St Pol/Ternoise et d'Heuchnin
ANNEXE 5 : Dynamisation du milieu rural par la mise en place d'un réseau d'écoles grâce aux nouvelles technologies de communication (Sud-Vienne)









Lettre_de_mission Lettre de mission
Pour une nouvelle dynamique du système éducatif en zone rurale isolée
Jean-Claude LEBOSSÉ
Juillet 1998


République française

Ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie

La ministre déléguée à l'enseignement scolaire

Paris, le 24 septembre 1997

Monsieur l'inspecteur général,

Notre système scolaire dans les zones rurales doit à la fois assurer la qualité du service
public et participer à la politique d'aménagement du territoire. Ces deux exigences
apparaissent souvent incompatibles dans les régions touchées par la diminution et le
vieillissement de leur population.
Les pouvoirs publics ont trop souvent donné l'impression de mener des poli tiques successives
contradictoires, tantôt privilégiant le seul souci de la qualité pédagogique en favorisant les
fermetures de classes et les regroupements d'écoles, tantôt en gelant toutes les structures
existantes dans un seul objectif de maintien quantitatif des services publics.
Ces alternances sont autant de signes d'incertitude pour les usagers et les élus locaux,
fragilisant les écoles qui ne sont pas assurées de leur proche avenir. Une telle situation
n'incite pas les maîtres à s'investir dans leur classe et leur école.
Par ailleurs, l'éloignement géographique retarde encore trop souvent l'accueil des . jeunes
enfants dans l'enseignement pré élémentaire ; la faiblesse des effectifs et les ressources des
petites communes limitent les équipements et empêchent la mise en place d'activités
périscolaires ; tout ceci a des effets négatifs sur le cursus scolaire des enfants.
Quant aux collèges ruraux dont le développement a correspondu à une période de croissance
démographique et au prolongement de la scolarité obligatoire, ceux-ci connaissent dans ces
mêmes zones une réduction de leurs effectifs qui atteignent souvent des seuils critiques de
fonctionnement.
Ces derniers ne doivent plus attendre l'échéance de leur fermeture, inéluctable à terme, mais
au contraire retrouver une dynamique par une politique de développement de projets de
spécialisation et de partenariat avec d'autres établissements et les différentes composantes du
milieu rural. Pour ces collèges, comme pour ces écoles, le principe de la carte scolaire et son
application doivent être redéfinis.
Les questions autour de l'école rurale ne sont pas nouvelles, elles ont donné lieu dans un
passé récent à des réflexions, des propositions et des expérimentations. Il convient d'en faire
la synthèse et de faire le bilan des différentes initiatives sur le terrain.
Les acteurs de notre système éducatif dans les zones rurales fragilisées par le dépeuplement
ont besoin de perspectives à moyen et long, termes. C'est à cette condition que les pouvoirs
publics pourront attendre d'eux des engagements réciproques et responsables.
Il est nécessaire de mettre en oeuvre des solutions nouvelles et durables. Une telle politique ne
pourra être efficace qu'avec l'adhésion de tous.
L'attachement de la population rurale à son territoire et l'esprit de solidarité manifestés au
travers, de ses organisations sont des atouts sur lesquels l'Etat et les collectivités territoriales
peuvent compter.
Je souhaite que vous engagiez cette réflexion autour d'un groupe de travail que Je vous
demande de constituer avec les différents acteurs concernés par notre système éducatif.
Vous travaillerez en concertation avec mon cabinet et avec l'appui des services du ministère
compétents; vous pourrez consulter les autres départements ministériels en tant que de besoin.
Je vous demande de bien vouloir me faire un bilan de cette réflexion et de me présenter vos
propositions à la fin de cette année scolaire afin que puissent être mises en place plusieurs
expériences à la rentrée 1998 à partir d'objectifs et d'une méthode que vous m'aurez soumis.

Ségolène ROYAL

Monsieur Jean-Claude Lebossé


110 rue de Grenelle
75007 Paris