Retour
 
 

Introduction

ARCHIVE
[Lois de bioéthique : la révision 2010-2011], pour plus d'information, consulter la description longue en dessous de cette illustration

Centre d'étude et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) de Lyon, 2010.
Photo : Philippe Desmazes © AFP

Agrandir l'image

Six ans après la dernière révision des lois sur la bioéthique, un réexamen complet est en cours, en vue d'adapter la législation à l'évolution de la science, du droit et de la société. Cette fois, un large panel d'intervenants est consulté, organismes et institutions aussi bien que simples citoyens, afin de parvenir au consensus le plus large possible sur des sujets souvent très complexes.

La problématique de la bioéthique est présente depuis une vingtaine d'années dans les discussions entre médecins, juristes, hommes politiques, religieux et journalistes qui tentent d'analyser les conséquences sociales, juridiques, morales et culturelles de l'évolution des pratiques médicales sur le corps humain. De manière progressive, mais de plus en plus passionnée, ces débats engagent également les citoyens "ordinaires", les associations et les ONG. En effet, de nouvelles questions surgissent : après le clonage, la recherche sur l'embryon ou sur le génome humain, d'autres sujets de controverses sont apparus sur le risque d'eugénisme, les mères porteuses, l'euthanasie, la transplantation d'organes, les expérimentations médicales...
Les évolutions proposées dans la prochaine loi vont s'appuyer sur les synthèses du vaste débat public organisé notamment dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique, ainsi que sur les avis de différentes institutions telles que le Comité consultatif national d'éthique, le Conseil d'Etat ou l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques. Pour l'essentiel, la nouvelle version de la loi ne devrait pas bouleverser les principes établis par les textes précédents.

Mis à jour le 07/07/2011

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires