Sommet du 50ème anniversaire de l'OTAN à Washington

Sommet du 50ème anniversaire de l'OTAN à Washington : 23-25 avril 2006.

© OTAN

Agrandir l'image

La stratégie de l'OTAN est initialement formulée sous le nom de "Concept stratégique pour la défense de la zone de l'Atlantique Nord". Elaboré entre octobre 1949 et avril 1950, ce concept expose une stratégie d'opérations de grande envergure pour la défense de territoires. Au milieu des années 50 est établie la stratégie des "représailles massives". L'accent y est mis sur la dissuasion, l'OTAN menaçant de riposter à toute agression contre ses pays membres par tous les moyens à sa disposition, dont, en particulier, les armes nucléaires. A partir de 1967, après de nombreux débats au sein de l'Alliance, les "représailles massives" sont remplacées par la stratégie de la "riposte graduée", offrant à l'OTAN les avantages de la souplesse quant à la riposte de l'OTAN en cas de menace pour la souveraineté ou l'indépendance de l'un quelconque de ses pays membres.

1991 : un nouveau concept stratégique

Avec la fin de la Guerre froide, la situation politique en Europe et la situation militaire générale se trouvent transformées. Un nouveau Concept stratégique, prend forme au cours des deux années qui suivent la chute du mur de Berlin. Il est débattu au sein de l'Alliance et adopté à Rome en novembre 1991. Assez éloigné des concepts précédents, il met l'accent sur la coopération avec les anciens adversaires, par opposition à la confrontation. La sécurité des pays membres reste l'objectif fondamental de l'OTAN, mais vient s'y ajouter l'obligation spécifique d'œuvrer dans le sens d'une amélioration et d'un élargissement de la sécurité pour l'Europe tout entière.

Il prévoit d'importants changements concernant les forces intégrées de l'OTAN, notamment des réductions substantielles de leur taille et de leur niveau de préparation, des améliorations visant à augmenter leur mobilité, leur souplesse et leur capacité d'adaptation aux différentes circonstances ainsi qu'un plus large recours aux formations multinationales. Des mesures sont également prises pour rationaliser la structure de commandement et adapter les dispositions et procédures de planification de la défense de l'Alliance, en particulier dans l'optique des besoins futurs en matière de gestion des crises et de maintien de la paix.

1999 : un concept révisé

En 1997, les Etats membres de l'OTAN décident de réexaminer le Concept et de l'actualiser pour prendre en compte les changements intervenus en Europe tout en confirmant l'attachement de l'Alliance à la défense collective et au lien transatlantique. La version révisée du Concept, est adoptée au Sommet de Washington en avril 1999. Se situant dans la continuité du concept de 1991, il englobe des moyens politiques et militaires complémentaires, et met l'accent sur la coopération avec d'autres Etats partageant les objectifs de l'Alliance. Il prend également en compte le développement de la politique de sécurité et de défense de l'Union européenne.

Il comprend les éléments suivants :

  • La préservation du lien transatlantique : le Concept stratégique affirme que la sécurité de l'Europe et celle de l'Amérique du Nord sont indivisibles et souligne par conséquent l'importance d'un Partenariat fort et dynamique entre l'Europe et l'Amérique du Nord.
  • Le maintien de capacités militaires efficaces : la stratégie met l'accent sur l'exigence de capacités militaires efficaces dans toutes les circonstances prévisibles, sur la dissuasion et la défense collective, sur les opérations de réponse aux crises.
  •  Le développement de l'Identité européenne de sécurité et de défense au sein de l'Alliance : le Concept stratégique confirme que l'Identité européenne de sécurité et de défense se développe au sein de l'Alliance sur la base des décisions prises par les Ministres des affaires étrangères de l'Alliance à Berlin en 1996.
  • La prévention des conflits et la gestion des crises : le Concept reconnaît que des opérations de réponse aux crises comme celles menées en Bosnie et au Kosovo constitueront un aspect clé de la contribution de l'OTAN à la paix et à la sécurité euro-atlantique.
  • Le Partenariat, la coopération et le dialogue : l'accent est mis sur la détermination de l'Alliance à poursuivre sa politique établie depuis longtemps déjà de Partenariat, de coopération et de dialogue avec tous les pays démocratiques de la région euro-atlantique. Les principaux instruments de cette politique demeurent le Conseil de Partenariat euro-atlantique, le Partenariat pour la paix, les relations spéciales avec la Russie et l'Ukraine et le Dialogue méditerranéen.
  • L'élargissement : le Concept confirme l'ouverture de l'Alliance à l'adhésion de nouveaux membres, conformément à l'article 10 du Traité de Washington, et réaffirme que l'OTAN compte lancer de nouvelles invitations dans les années à venir.
  • La maîtrise des armements, le désarmement et la non-prolifération : finalement, le Concept stratégique énonce la politique de soutien de l'Alliance à la maîtrise des armements, au désarmement et à la non-prolifération.

Enfin, le Concept stratégique fixe des orientations pour les forces de l'Alliance. La stratégie fixée prévoit la poursuite de la mise en place des capacités militaires requises pour l'accomplissement de toute la gamme des missions de l'Alliance, de la défense collective au soutien de la paix et à d'autres opérations de réponse aux crises.

2010 : Un nouveau concept pour s'adapter

Au sommet de Strasbourg-Kehl en avril 2009, les dirigeants des pays alliés entérinent la "Déclaration sur la sécurité de l'Alliance" afin que l'OTAN puisse continuer à s'adapter. Cette déclaration préconise l'élaboration d'un nouveau concept stratégique qui tienne compte des changements fondamentaux qu'a connus l'environnement de sécurité depuis 1999.

Les ministres des affaires étrangères, réunis à Tallinn les 22 et 23 avril 2010, décident de la création d'un comité de 12 experts, dirigé par l'ancienne secrétaire d'Etat américaine, Madeleine Albright, chargé d'élaborer la nouvelle stratégie de l'Alliance pour la décennie à venir. Ce comité rend ses recommandations dans un rapport remis au Secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, le 17 mai 2010.

Les experts émettent le souhait que les partenaires jouent un rôle croissant dans les activités de l'OTAN et appellent au renforcement des liens avec la Russie afin d'œuvrer plus étroitement dans des domaines d'intérêt commun comme la défense anti-missile, le contre-terrorisme, le trafic de drogues et la sécurité maritime. Ils préconisent d'organiser des exercices militaires, afin que tous les Alliés se sentent en sécurité et que l'Alliance devienne plus polyvalente pour faire face à de nouveaux dangers "émanant de sources présentant une grande diversité géographique et technologique". Le projet de concept passe par des phases de consultation avec les gouvernements et les commissions parlementaires des Etats membres de l'Alliance.

Il est entériné à l'occasion du sommet de l'OTAN, qui se tient les 19 et 20 novembre 2010 à Lisbonne. Il représente la feuille de route de l'Alliance pour les dix années à venir, et repose sur la sécurité collective, la dissuasion et la gestion de crises.

Mis à jour le 01/12/2010

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires

Le centre de documentation

Un espace de consultation sur l'information légale et citoyenne.

Ouvert à tous, 29 Quai Voltaire, Paris 7ème

En savoir plus

[Publicité]