Faut-il enterrer la défense européenne ?

Les élections au Parlement européen auront lieu le 25 mai prochain. La  problématique de la défense européenne sera-t-elle abordée à cette occasion ? 

Dans un contexte où la mondialisation a transformé les enjeux de sécurité et mis en exergue l'impuissance des systèmes de sécurité nationaux, la question de la nécessité d'une défense européenne ne peut pourtant être évitée.

La mise en place d'une défense européenne se heurte à des obstacles multiples et n'en finit pas de décevoir ceux qui avaient placé en elle un espoir de rebond stratégique. Faut-il se résigner à cet état de fait ou, au contraire, opérer les dépoussiérages nécessaires pour saisir enfin les atouts manifestes dont dispose l'Union européenne dans ce secteur stratégique ?

 Dans cet essai, Nicole Gnesotto considère qu'il est trop tôt pour enterrer la défense européenne. Définie jusqu'à présent comme la gestion commune des crises des autres, son bilan apparaît certes mitigé. Mais les progrès réalisés sont indéniables et les arguments en faveur d'une relance stratégique existent. Encore faudrait-il que l'Union accepte de définir son rôle politique dans la mondialisation, prenne conscience de ses nombreux atouts et surmonte les divergences profondes entre ses États membres - quitte à permettre à certains d'entre eux d'avancer plus vite que les autres.

Au sommaire

- Un bilan mi-figue, mi-raisin

- Une politique marquée par l'ambiguïté et les divisions

- Relancer l'Europe stratégique, maintenant ou jamais

 

Nicole Gnesotto est professeur du CNAM, titulaire de la chaire sur l'Union européenne, vice-présidente de Notre Europe-Institut Jacques Delors et spécialiste des questions de défense.

Faut-il enterrer la défense européenne ?
Nicole Gnesotto
Collection Réflexe Europe - Débats
La Documentation française
152 pages, 9 euros
En vente le 25 mai 2014

 

Autres contenus apparentés

[Publicité]
Restez informé