Retour
 
Vie économique

La Chine face à la montée des incertitudes

Problèmes économiques
N°3021 - Mercredi 8 juin 2011

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2011
Réf. : 3303332030217
48 pages, 21 x 27 cm

4,70

 

Problèmes économiques
No 3021
8 juin 2011

La Chine face à la montée des incertitudes

Vers un atterrissage brutal de l'économie chinoise ?
Project Syndicate
Nouriel Roubini
L'économie chinoise fait face aujourd'hui à un surinvestissement qui pourrait, selon l'auteur, la conduire à un atterrissage brutal après 2013. Toutes les périodes d'investissement excessif se sont, en effet, achevées par une crise financière et/ou une longue période de faible croissance. A l'heure actuelle, le boom de l'investissement alimente l'inflation mais la surcapacité va ensuite inéluctablement entraîner une forte pression déflationniste, notamment dans le secteur manufacturier et l'immobilier. Toutefois, la Chine peut encore échapper à ce destin funeste. Il lui faut pour cela contenir le taux d'épargne, freiner les investissements fixes, réduire la part de ses exportations nettes dans le produit intérieur brut (PIB) et accroître celle de la consommation.

Et si l'inflation favorisait le rééquilibrage de l'économie chinoise
The Economist
La poussée inflationniste que connaît la Chine depuis plusieurs mois est devenue un sujet de préoccupation majeur pour son gouvernement. Le taux d'inflation est en effet le plus élevé depuis une décennie. Si pour la majorité des économistes, la hausse des prix est un phénomène qui peut rapidement avoir des effets très négatifs, certains d'entre eux considèrent aujourd'hui qu'un niveau d'inflation plus élevé pourrait permettre à la Chine de rééquilibrer son économie de façon plus efficace que si elle procédait à une appréciation rapide de sa devise. Son taux annuel moyen d'inflation qui a été de 2 % sur les dix dernières années est d'ailleurs exceptionnellement faible pour un pays en développement. Par comparaison, le Japon ou la Corée du Sud, lors de leur période de forte croissance, ont enregistré des taux d'inflation bien plus élevés, de l'ordre de 5-6 %.

L'argent caché des Chinois : facteur aggravant de la fracture sociale
Topic - HEC Eurasia Institute
Emilie Leichnam
Il y a vingt ans, les Chinois étaient tous pauvres. Depuis, la croissance soutenue que connaît la Chine, a entraîné une rapide différenciation des revenus et a permis l'émergence d'une classe moyenne estimée à 350 millions de personnes. En termes de patrimoine, seuls les Japonais dépassent encore les Chinois en Asie. Les comparaisons internationales restent cependant difficiles car une part importante des revenus privés en Chine ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles. L'argent caché représenterait environ 15 % du produit intérieur brut (PIB). Cette manne explique comment les Chinois peuvent désormais acheter plus de voitures que les Américains…. A partir des seules données statistiques officielles, il est en effet impossible de comprendre la consommation chinoise. Cette masse de revenus occultes accentue encore la fracture sociale dans un pays où les inégalités ont explosé au cours des vingt-cinq dernières années.

Quand les ouvriers de " l'usine du monde " se radicalisent !
Chronique internationale de l'IRES
Chloé Froissart
En 2010, la Chine a été confrontée à la plus grande vague de grèves depuis huit ans. En dépit de la suppression du droit de grève dans la Constitution chinoise en 1982, ces mouvements sociaux s'inscrivent dans une augmentation, depuis le début des années 2000, des actions collectives parmi les travailleurs migrants. On assiste désormais à un élargissement des revendications sociales, qui vont des augmentations de salaires aux questions liées au temps de travail, à la couverture sociale et à la sécurité. Mais le tournant majeur des mouvements sociaux du printemps et de l'été 2010 a été la radicalisation des revendications : les travailleurs n'ont en effet pas hésité à évoquer la question de leur représentation, ainsi que celle de la reconnaissance du droit de grève.

L'avenir de la Chine, le monde et nous
Alternatives économiques
Entretien avec Michel Aglietta et François Godement
Réorientation du modèle de croissance, bulle immobilière, surinvestissement, taux de change du yuan, relations économiques extérieures, etc. Dans un entretien croisé, deux spécialistes de la Chine, Michel Aglietta et François Godement, se livrent à un débat sur l'avenir de l'Empire du Milieu et sur ses rapports avec le reste du monde. Si le premier se montre relativement optimiste concernant la capacité de Pékin de parvenir à réorienter la trajectoire de croissance du pays et compréhensif à l'égard des choix opérés en matière de politiques commerciale et de change par une puissance qui reste, à ce stade, une économie en développement, le second, en revanche, est plus réservé vis-à-vis des différentes stratégies économiques mises en œuvre par la Chine et sceptique quant aux intentions réelles de ses dirigeants. Il considère notamment que les asymétries entre la deuxième économie mondiale et les économies occidentales se révèlent aujourd'hui catastrophiques ou encore que la logique de Pékin vis-à-vis de l'Europe n'est ni plus, ni moins que de chercher à " africaniser " le continent.


EGALEMENT DANS CE NUMERO

NOUVELLES TECHNOLOGIES
L'iPad et la guerre de la " maison numérique "
Gérer et comprendre - Annales des Mines
Ramesh Caussy et Thomas Paris
Pour le consommateur, l'iPad, la tablette numérique d'Apple, constitue une véritable révolution : d'un format A4, d'une épaisseur de 13,4 millimètres et d'un poids de 700 grammes environ, elle offre des fonctionnalités de bureautique (agenda, contacts, courriels, présentations, etc.), de loisirs (photos, vidéos, musique, livres, etc.), d'accès à l'internet et fait également office de plateforme pour le téléchargement et l'utilisation d'un très grand nombre d'applications. Mais elle représente bien plus encore aux yeux de la firme californienne. Le nouveau venu d'Apple permet en effet à l'entreprise de se positionner sur un marché ultraconcurrentiel en créant une innovation " de rupture ", à la charnière entre le smartphone et l'ordinateur portable. En proposant une forme d'interopérabilité fermée sur ses produits et en communiquant sur le design - deux stratégies propres à l'entreprise -, Apple entend s'ériger, en quelque sorte, en garde-barrière sur le marché de la tablette.

MARCHE DU TRAVAIL
Le diplôme : un atout gagnant pour les jeunes face à la crise
Bref du Céreq
Zora Mazari, Virginie Meyer, Pascale Rouaud, Florence Ryk et Philippe Winnicki
La récente crise économique a montré une fois de plus que sortir diplômé du système éducatif reste le meilleur atout pour accéder au marché du travail dans de bonnes conditions. En 2007, près d'un jeune sur six a quitté l'école sans avoir obtenu un diplôme. C'est dans cette catégorie que se retrouvent les individus les plus exposés à la précarité et au chômage. Pour les diplômés du supérieur, en revanche, les effets de la crise sur l'accès à l'emploi restent moindres.


SCIENCE ECONOMIQUE
À la base de la démarche de l'économiste : la construction de modèles
Idées
Renaud Chartoire
Comment les économistes construisent-ils leurs modèles ? Si la compréhension de la mécanique et des enjeux de la modélisation est utile pour toute personne s'intéressant à l'économie, elle est d'une nécessité toute particulière pour l'élève ou l'étudiant voulant se familiariser avec les concepts de cette discipline. La modélisation est en effet à la base de toute démarche scientifique et ceci fait l'objet d'un relatif consensus au sein de la filière SES (sciences économiques et sociales). Le nouveau programme de première y fait explicitement référence. Sans aborder la question de la modélisation à un niveau trop avancé, l'auteur présente les différents modèles fréquemment utilisés en économie, la façon de les construire ainsi que leur finalité. Il aborde également la question de la validation ou de l'invalidation des modèles et s'interroge sur les limites posées par leur utilisation.



Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

La revue Problèmes économiques est née le 7 janvier 1948 de la fusion du Bulletin hebdomadaire d'informations économiques édité par la Documentation française et de la Revue hebdomadaire de la presse économique française publiée par le Centre national d'information économique (CNIE) de l'INSEE.

Elle a pour vocation, et ce dès son origine :

  • de rendre accessible au plus grand nombre l'information économique et sociale ;
  • d'être un outil de travail et de réflexion ;
  • de refléter ce que les revues françaises et étrangères, les instituts de conjoncture, les organisations internationales, les centres de recherche publient.

La revue est structurée autour d'un thème illustré par quatre ou cinq articles issus de revues françaises ou étrangères. Des articles indépendants viennent compléter le dossier.


Chaque année, deux numéros hors-série approfondissent, à partir d'articles inédits, des questions centrales de la science économique.

L'ensemble de ces numéros constitue une véritable collection, indispensable pour comprendre les grandes questions économiques.

Parution bimensuelle

 

Découvrez le n° spécial journées de l'économie - Lyon 2014  : Crise, croissance et modèle social [PDF, 4,2 Mo]

S'abonner à la revue
Poster un commentaire
* Champs obligatoires


Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès , de rectification et d’opposition relatif aux informations vous concernant Pour exercer ce droit, nous vous invitons à cliquer ici pour nous contacter.

 

Autres contenus apparentés