Retour
 

Accueil et orientation des nouveaux étudiants dans les universités

Auteur(s) :

    • FRANCE. Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Date de remise : Juin 2006
119 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La problématique de l'accueil et de l'orientation des nouveaux étudiants dans les universités et de la réorientation des étudiants en échec en fin de première année implique l'examen des dispositions prises pour assurer aux étudiants un double succès académique et professionnel. Elle concerne toute la chaîne qui va de l'amont (liaison avec le secondaire) à l'aval (insertion professionnelle), tant du point de vue des actions spécifiques ainsi développées que du point de vue de l'adaptation de l'offre de formation à ce double objectif. A partir de l'étude des statistiques et de la littérature existante d'une part, et de la visite sur le terrain de 22 sites universitaires et 8 rectorats, complétées par des entretiens avec certaines personnalités et représentants d'organismes, le rapport analyse les défis auxquels se trouve confrontée l'université, à savoir l'accroissement des besoins globaux de formation et la nécessité de qualifier pour l'emploi, ainsi que les contraintes fortes qui pèsent sur elle alors qu'elle doit accueillir un public mal préparé à la poursuites d'études. Dans une deuxième partie, la mission présente les expériences de terrain et enfin énonce les pré requis d'une politique globale et des recommandations.

 
 
 
 

Introduction

 1. Les défis auxquels est confrontée l’université

 1.1. Des besoins nouveaux
 1.1.1. L’accroissement des besoins globaux de formation
 Le taux d’échec à l’université reste trop important en début de cursus
 La nécessité d’augmenter le pourcentage d’une classe d’âge diplômée de
 l’enseignement supérieur
 1.1.2. Il ne s’agit plus seulement de diplômer mais de qualifier pour l’emploi
 La France se caractérise par un taux d’emploi des jeunes diplômés inférieur à la
 moyenne européenne
 Il n’y a pas de miracle à attendre des seuls départs à la retraite
 Le diplôme facilite l’insertion mais ne prémunit pas contre toutes les difficultés
 Le problème du déclassement et de la surqualification à l’embauche
 Le décalage entre la réalité et la perception qu’en ont les jeunes
 La persistance du handicap de l’université par rapport aux écoles
 
 1.2. Des contraintes fortes qui ne pèsent que sur l’université
 1.2.1. La contrainte d’une double exigence : l’excellence scientifique et la
 démocratisation de l’enseignement supérieur
 L’augmentation de l’effort de recherche
 L’absence de sélection
 1.2.2. Des mutations importantes
 La mise en place du LMD
 L’exigence d’excellence et de visibilité internationale
 L’accroissement de la demande sociale et l’exigence d’une professionnalisation
 renforcée
 1.2.3. Ces contraintes s’exercent de façon inégale
 Toutes les filières universitaires ne sont pas égales devant cette exigence
 Tous les établissements ne sont pas égaux devant le problème
 Le besoin d’investissement pédagogique n’est pas le même partout
 
 1.3. La question cruciale de l’accueil d’un public mal préparé à l’université
 1.3.1. Les nouveaux étudiants : un public hétérogène
 Le baccalauréat, premier grade universitaire
 La baisse relative des baccalauréats généraux
 1.3.2. Le passage du lycée à l’université est déstabilisant
 L’université est souvent vécue comme un pis aller
 Des raisons très matérielles de déstabilisation
 Le problème de la rupture second degré/université dans les contenus et les méthodes
 d’enseignement
 1.3.3. Le caractère essentiel de la liaison secondaire/supérieur
 Les déterminismes n’ont pas été corrigés par le système scolaire
 Une orientation mal ciblée
 L’absence d’ambition sociale des milieux défavorisés
 La nécessité d’une politique académique concertée
 
 

 2. L’accueil et l’orientation des nouveaux étudiants : de bonnes pratiques mais des freins importants

 2.1. Les pratiques innovantes
 2.1.1. La connaissance du public et le rôle des observatoires de la vie étudiante (OVE)
 2.1.2. Une politique d’information en direction des lycées répandue mais assez largement
 traditionnelle
 Les plaquettes d’information
 Les sites Web
 Les salons
 Les journées portes ouvertes
 La formalisation des liens avec le second degré
 Le rôle essentiel des services communs universitaires d’information et d’orientation
 (SCUIO)
 2.1.3. Une politique d’accueil de plus en plus perçue comme une aide à l’orientation
 Des entretiens individuels organisés avant ou au moment de l’inscription
 Le tutorat d’accueil
 Les semaines ou journées de rentrée
 2.1.4. Le développement des dispositifs de soutien
 De nombreux dispositifs manifestent une exigence croissante de prise en compte des
 difficultés rencontrées par les étudiants
 Les modules d’initiation au travail universitaire, l’apprentissage de l’autonomie
 Les tutorats d’accompagnement
 Les enseignants référents
 Les supports de cours
 La suppression des amphi au premier semestre (S1)
 Les dispositifs de réorientation
 2.1.5. L’éveil à l’insertion professionnelle
 En dehors des formations professionnelles, les filières de formation sont plus pensées
 en fonction des disciplines que des métiers
 L’existence de bonnes pratiques ne pallie pas l’absence d’une vraie politique
 d’insertion professionnelle
 En conséquence, la mise en jeu des services d’appui est très inégale
 Les outils de l’orientation et de l’insertion professionnelle
 
 2.2. Les freins à la généralisation des pratiques innovantes
 2.2.1. La question des moyens
 2.2.2. Le métier d’enseignant-chercheur
 L’activité d’enseignement, parent pauvre de l’université
 La frilosité persistante face à l’évaluation des formations
 2.2.3. L’étudiant : le caractère essentiel de sa motivation
 
 2.3. Tentative de typologie des universités visitées
 2.3.1. Les types d’établissements
 2.3.2. L’effet des disciplines : le dynamisme des sciences
 2.3.3. L’effet de taille : le rôle des universités de proximité
 L’attraction des nouveaux publics
 Liaison secondaire/supérieur
 Suivi et encadrement des étudiants
 Professionnalisation
 
 

 3. Propositions

 3.1. Les pré-requis de toute politique efficace en matière d’accueil et
 d’orientation des nouveaux étudiants
 3.1.1. Accorder à la mission de formation des universités une importance égale à leur
 mission de recherche
 3.1.2. Fixer des objectifs ambitieux à l’ensemble du système d’enseignement supérieur et
 lui donner les moyens de les atteindre
 
 3.2. Recommandations
 3.2.1. Bien connaître le public
 3.2.2. Accroître l’efficacité de l’orientation
 3.2.3. Améliorer la liaison secondaire/supérieur
 3.2.4. Introduire des critères qualitatifs dans le pilotage de l’offre de formation
 3.2.5. Adapter l’offre de formation du L à l’exigence d’une sortie qualifiante
 
 

 Annexes

 Annexe 1 : Protocole de la mission
 Annexe 2 : Listes des personnes et organismes rencontrés
 Annexe 3 : Annexes thématiques
– 3.1. Une politique globale de lutte contre l’échec
– 3.2. Les dispositifs de rattrapage
– 3.3. Les dispositifs de réorientation
– 3.4. Le tutorat d’accompagnement
– 3.5. Les enseignants référents
– 3.6. Le projet personnel et professionnel
– 3.7. Une nouvelle approche méthodologique centrée
 sur l’apprentissage d’une discipline
 Annexe 4 : Analyse d’une filière surnuméraire – Les STAPS –
 Annexe 5 : Gouvernance des universités