Retour
 
Enseignement

La grille horaire des enseignements au lycée général et technologique : mission d'audit de modernisation

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Date de remise : Octobre 2006
87 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Le présent rapport fait partie de la deuxième vague d'audits de modernisation lancés en octobre 2005 dans le cadre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) qui introduit une démarche de performance, visant à faire passer l'Etat d'une "logique de moyens" à une "logique de résultats". Les audits sont réalisés sous la co-maîtrise d'ouvrage du ministère intéressé (qui s'appuie sur le secrétaire général et ses équipes de modernisation) et du ministère chargé du budget et de la réforme de l'Etat (qui s'appuie notamment sur la direction générale de la modernisation de l'Etat).




I. L’INVESTISSEMENT MASSIF DANS LE VOLUME D’HEURES D’ENSEIGNEMENT N’A AMÉLIORÉ NI LA PERFORMANCE NI L’ÉQUITÉ DU LYCÉE FRANÇAIS
 

A. UN CONSTAT PRÉOCCUPANT
1. Le lycée français mobilise une quantité très élevée et en hausse constante d’heures
d’enseignement
2. La structure horaire des enseignements rend le système inéquitable
3. Les investissements consentis dans les volumes horaires n’ont pas permis
d’améliorer les performances des lycéens français
4. Le coût budgétaire est très élevé

B. L’INFLATION HORAIRE EST LA CONSÉQUENCE DES INSUFFISANCES DU PILOTAGE DU
SYSTÈME ÉDUCATIF
1. De multiples pressions externes sont exercées sur le système éducatif
2. L’organisation de l’administration du ministère de l’éducation nationale ne permet
pas d’assurer la cohérence entre les pressions de la demande, les objectifs de l’offre de
formation et les moyens mis en œuvre
3. Le pilotage est effectué par les moyens et non par les objectifs et les résultats

 
II. UNE GESTION PLUS SOUPLE ET DECONCENTREE DE L’HORAIRE PERMETTRAIT D’ATTEINDRE DES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ET BUDGETAIRES PLUS EXIGEANTS
 

A. ACCÉLÉRER LES RÉFORMES EN COURS DÈS LA RENTRÉE 2007
1. Assurer les conditions d’un déploiement réussi du plan de rénovation de
l’enseignement des langues
2. Préférer aux dédoublements généralisés une dotation de moyens globalisée pour une
meilleure prise en compte des élèves en difficulté
3. Veiller à la qualité des processus de modification des grilles et des contenus des
enseignements : l’exemple de la réforme STG
4. Appliquer la réforme des séries Sciences et technologies industrielles (STI), Sciences
et technologies de laboratoire (STL) et Sciences médico-sociales (SMS)
5. Engager le ministère, dès la rentrée 2007, dans un pilotage par les objectifs et les
résultats
6. Mobiliser d’urgence des ressources qualifiées pour réussir la mise en œuvre de la
LOLF au ministère de l’éducation nationale

B. PILOTER LE SYSTÈME ÉDUCATIF PAR LES OBJECTIFS EN FAISANT DAVANTAGE
CONFIANCE AUX ACADÉMIES ET AUX ÉTABLISSEMENTS
1. Reconquérir 36 semaines d’enseignement effectif
2. Redonner toute sa place au travail personnel de l’élève dans le cadre scolaire en
plafonnant l’horaire annuel de classe du lycéen
3. Rendre des marges de manœuvre aux équipes pédagogiques
4. Accompagner la réforme par un travail de fond sur les contenus et les exigences des
programmes
5. Assurer un traitement spécifique de la classe de seconde
6. Organiser en département, dans chaque établissement, l’enseignement des langues
vivantes

 

 

 


CONCLUSION

RÉPONSE DU MINISTERE ET OBSERVATIONS DE LA MISSION

ANNEXES