Tous les produits

 
Retour
 
Santé, bioéthique

Rapport annuel 2006-2007 de l'Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS)

Auteur(s) :

    • FRANCE. Observatoire national de la démographie des professions de santé

Editeur :

  • Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Date de remise : Juin 2008
624 pages

Pour lire les rapports vous avez besoin d'un lecteur PDF comme Adobe Reader (Acrobat) ou un logiciel libre

Numérique
 
Télécharger

Ce troisième rapport de l'Observatoire national de la démographie des professions de santé comporte une synthèse générale assortie de préconisations et de quatre tomes thématiques : la médecine générale (tome 1), les internes en médecine (tome 2), la profession de chirurgien dentiste et les métiers de la périnatalité (tome 3), les métiers de la cancérologie (tome 4).




Tome 1 La médecine générale
 

Introduction

Préambule

Tous les diplômés de médecine générale n’exercent pas
la médecine de proximité
Les effectifs des omnipraticiens, selon les sources administratives
Le nombre de médecins généralistes libéraux de premier recours
n’a pas augmenté sur la période 1995-2005
La répartition des médecins généralistes libéraux est inégale
selon les départements
Un grand nombre de diplômés de médecine générale n’exercent pas
la médecine de premier recours
Les compétents
Les médecins généralistes en milieu hospitalier
Les médecins à exercice particulier (MEP): une stabilité des effectifs
Les médecins à exercice particulier (MEP): une part plus importante en exercice salarié

L’appréciation du potentiel d’offre de soins en médecine générale
suppose une prise en compte fine de l’activité des praticiens
Une estimation de l’offre de soins de médecine générale libérale à partir des données de l’Assurance maladie
L’enquête du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM)
L’intérêt d’un suivi rapproché des effectifs :
illustration sur une région, la Basse-Normandie


L’orientation de l’activité des médecins généralistes libéraux
Les généralistes selon le secteur de conventionnement
La patientèle selon l’orientation de l’exercice
La part des actes cliniques est très majoritaire, mais les MEP ont une activité technique plus importante que leurs collègues généralistes libéraux
de premier recours
Les acupuncteurs sont significativement plus âgés que les généralistes de premier recours
Les homéopathes ont une activité clinique élevée

Inventaire des formations accessibles aux médecins titulaires
d’un diplôme de médecine générale
Les possibilités ouvertes aux diplômés de médecine générale
pour acquérir une autre spécialisation ou une autre compétence
Les parcours accessibles sur concours
Les parcours accessibles hors concours
Les effectifs d’internes de médecine générale inscrits dans des formations
complémentaires
Le stage de 2e cycle chez le praticien


Les conditions d’exercice de l’activité
La diversité de l’activité des médecins généralistes
Le pourcentage d’assurés ayant choisi leur médecin traitant varie de 64% à 85%
selon les départements
Des différences de pratiques des médecins généralistes libéraux
sont mises en évidence dans la plupart des travaux
La diversité, si elle n’est pas occultée, ne paraît pas contradictoire avec la définition
de missions unificatrices de la spécialité
L’exercice isolé, qui domine aujourd’hui largement
la médecine générale, n’apparaît plus comme un modèle privilégié
Les caractéristiques actuelles de l’exercice en groupe dans le secteur libéral
De nombreuses imprécisions compliquent l’identification des professionnels
qui pratiquent un exercice en mode regroupé
L’environnement réglementaire et fonctionnel de l’exercice en groupe
de la médecine générale
L’exercice de la médecine générale en cabinet de groupe
L’exercice de la médecine générale en structures de soins autorisées ou agréées
Les évolutions de la réglementation
Les mécanismes incitatifs à l’exercice en groupe de la médecine générale
Les déterminants et les enjeux du regroupement des professionnels de santé en médecine de premier recours
Certains des obstacles au regroupement des professionnels de santé ont été levés,
mais les effets de ces évolutions ne peuvent encore se traduire quantitativement
Une faible reconnaissance institutionnelle freine le développement du regroupement
des professionnels de santé
L’absence de «mesure» de l’efficacité des pratiques développées dans un cadre regroupé n’est pas spécifique à ce mode d’exercice
Les voies permettant une plus grande compatibilité entre exercice plus collectif
des soins et le système de reconnaissance des actes


Qu’attend-on des médecins généralistes ?
Les définitions retenues par les institutions en charge de la santé
Les institutions extranationales
En France, les définitions institutionnelles et législatives de la spécialité de médecine
générale ne sont pas toujours (ou pas encore) concordantes
L’insuffisance de la définition du premier niveau de recours est très unanimement
soulignée
Les spécialistes en médecine générale: des spécialistes comme les autres?
Les singularités de la médecine générale par rapport aux autres spécialités ont pu être
intégrées dans la définition de la filière universitaire


Points de vue
Pour les représentants de la médecine générale, la multiplication
des possibilités de spécialisation ne contribue pas à clarifier le paysage
de l’offre de soins médicale
La plupart des médecins spécialistes envisagent une plus grande implication
des médecins généralistes dans la prévention et le suivi des patients
Le point de vue des représentants des internes en médecine générale
(ISNAR-IMG)
Une nécessaire mutation du métier de médecin généraliste
Réorganiser pour sauvegarder une médecine générale de proximité
Le point de vue des représentants des patients (CISS)
Un accès et une disponibilité des médecins généralistes jugés parfois insuffisants
Les attentes exprimées correspondent à la définition du médecin généraliste
comme médecin de famille
Les pistes de réflexion proposées


Contributions
Souhaits et aspirations des médecins qui envisagent l’exercice
de la médecine générale
F.-X.Schweyer
Une médecine générale durablement dépréciée? Enquête sur une évidence
G.Bloy


Les contributeurs

 
Tome 2 Les internes en médecine : démographie et répartition
 

Introduction

Cadrage national : les principales données démographiques
Selon les sources, entre 15576 et 17667 internes en médecine sont en formation
L’état des lieux par filière
Une forte augmentation du nombre d’internes en prévision
Des besoins de financement des stages en forte augmentation

La situation démographique des internes selon les régions
Les effectifs d’internes mais aussi leur densité par rapport à la population
varient fortement d’une région à l’autre
La situation actuelle des régions selon les effectifs inscrits en DES
et les postes ouverts aux ECN
La prise en compte des postes réellement pourvus en médecine générale relativise la portée
des mesures correctives
La répartition des postes d’interne de spécialité autre que la médecine générale

Les régions disposent de ressources variables
Les capacités de formation
Les enseignants universitaires et les personnels seniors assurant l’encadrement dans les hôpitaux
Le postinternat universitaire


La gestion régionale des internes
Les informations relatives aux capacités actuelles de financement
sont peu disponibles et harmonisées
Des incertitudes sur les possibilités de financement et les marges de manœuvre
Des financements complémentaires sur des crédits ARH dans beaucoup de régions
Les postes «sacs à dos»
Les capacités futures de financement
Les procédures, très codifiées, sont relativement harmonisées
Les perspectives d’amélioration envisagées
La prise en compte de la démographie médicale locale,et notamment la prise en compte
de l’âge des médecins,permet,par spécialité,d’identifier des maillons faibles
La garantie de la disponibilité et de la qualité des stages dans les services d’accueil suppose
une gestion plus anticipatrice


Les limites de la gestion de la démographie médicale
par la régulation des effectifs étudiants

Toutes les spécialités ne bénéficient pas de la même façon des investissements
qu’elles réalisent en matière de formation
Toutes les régions ne bénéficient pas de la même façon des investissements
qu’elles réalisent en matière de formation
Une simulation pour la médecine générale


Contribution
Les affectations des étudiants en médecine à l’issue des épreuves classantes
nationales en 2007,
Mélanie Vanderschelden

Annexes

La durée des DES selon les spécialités
Répartition des internes par région - Sources SAE et enquête ONDPS
Répartition des internes dans les filières médicales et chirurgicales - Sources
DEPP
Densité régionale de postes ouverts aux ECN 2007 en médecine du travail
et en santé publique
Autorisations de plein exercice de la médecine en France de 1974 à novembre 2007
Fiches régionales : bilan des diplômés et des inscrits à l’Ordre
sur la période 2001-2005
Les contributeurs


 
Tome 3 Analyse des professions - Chirurgien-dentiste, les métiers de la périnatalité
 

Introduction

La profession de chirurgien-dentiste
Démographie des chirurgiens-dentistes: situation en 2006
et projections à l’horizon 2030
Marc Collet, Daniel Sicart (Drees)
La situation démographique des chirurgiens-dentistes
Entre 1990 et 2006, le taux de croissance annuel moyen des effectifs
de chirurgiens-dentistes a été le plus faible de toutes les professions de santé
Une timide percée du salariat en lien avec la féminisation de la profession,
mais un exercice encore essentiellement libéral
Des inégalités territoriales fortes entre Nord et Sud et entre communes rurales
et grands pôles urbains qui s’expliqueraient davantage par des choix personnels
ou professionnels que par la recherche de rentabilité économique
Les trajectoires professionnelles actuellement observées
Le nombre de diplômés s’inscrivant à l’Ordre a fluctué avec la mise en place
du numerus clausus
Les diplômés exercent l’ «art dentaire» et entrent rapidement dans la vie active
mais de manière différenciée selon le sexe
Des interruptions d’activité prématurées chez les salariés et des fins de carrière
tardives chez les hommes
Le passage à l’exercice libéral concerne principalement les jeunes salariés
La démographie des chirurgiens-dentistes à l’horizon 2030 :
un exercice de projection au niveau national
La densité de chirurgiens-dentistes en activité en France diminuerait continûment
jusqu’en 2030, à numerus clausus et comportements constants
Le nombre de sorties d’activité continuerait d’augmenter pour atteindre
son maximum autour de 2020
La profession continuerait à vieillir jusqu’en 2015, avant de retrouver en 2030
l’âge moyen de 2006
À comportements inchangés, la répartition entre libéraux et salariés
demeurerait constante, avec une féminisation accrue du secteur libéral
Examen des impacts possibles des variations du numerus clausus
et des comportements d’entrée et de mobilité professionnelle
Un relèvement du numerus clausus de 100 étudiants atténuerait de trois points
la diminution de la densité à l’horizon 2030
L’accroissement de la féminisation parmi les diplômés aurait à l’horizon 2030
un impact marginal sur la densité de la profession
En conclusion

Le métier de chirurgien-dentiste : comment les praticiens le vivent
Julie Micheau, Elsa Rigal (Plein sens)
Introduction
Une profession libérale…
… mais une profession très isolée et qui semble en marge de la santé publique
Le métier raconté par les hommes et les femmes qui l’exercent
Des histoires plutôt que des carrières: entrée, sorties et moments clés
de la vie professionnelle
Les conditions d’exercice: entre choix et opportunités
Les évolutions de l’exercice
Territoires, patients et réponse à la demande de soins
L’art, l’introuvable norme et la pratique
Les références identitaires de la profession
Une responsabilité qui se limite à la patientèle existante
L’attrait et les désagréments du métier
En guise de conclusion, des perspectives

Les métiers de la périnatalité
Docteur Évelyne Joubert (Ondps)
Introduction
Les effectifs selon les sources administratives
Présentation de la méthode
Effectifs au 1er janvier 2006
Estimation du nombre de sorties de janvier 2006 à janvier 2011
Estimation du nombre d’entrées de 2006 à 2011
Estimation du nombre de professionnels au 1er janvier 2011
Densités régionales
Offre de soins
Les équipements et les effectifs en obstétrique
Les équipements
Les gynéco-obstétriciens
Les sages-femmes
Les anesthésistes
Les gynécologues médicaux
Les médecins généralistes
Les équipements et les effectifs en néonatologie
Les équipements
Lits de néonatalogie et lits de soins intensifs
Lits de réanimation néonatale
Les professionnels
Les pédiatres
Les puéricultrices
Les contrastes des situations régionales
Synthèse par région

Annexes
Annexe 1
Une approche régionale de l’offre et de la consommation de soins
menée en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Annexe 2
Audition des spécialistes en gynécologie médicale

Contribution : les métiers des services du bloc opératoire
Diversité des pratiques et des articulations avec les autres services
Régine Bercot (Umr cnrs 7183 et Iris Conseil Santé)
Introduction
Les enjeux d’un bon fonctionnement du bloc opératoire
Éviter les attentes des patients
Améliorer le temps d’occupation et la productivité des installations
Permettre la disponibilité du personnel et la préparation des outils
La gestion du bloc
Les ambiguïtés
Les éléments clés d’une réussite de la régulation
Les relations avec les autres services médicaux
Les relations avec les services d’hospitalisation
Quels liens avec les services médicaux périphériques?
Les relations avec les services non médicaux
Première configuration: le bloc, un usager comme un autre
Deuxième configuration: le bloc, un usager spécifique
Adaptabilité: changement dans les pratiques et évolution des procédures
En conclusion

 
Tome 4 Les métiers de la cancérologie
 

Introduction

Un ensemble de professions impliquées dans la prise en charge
des patients atteints de cancer
Les données démographiques globales
Les caractéristiques démographiques des spécialistes médicaux
et chirurgicaux
Les caractéristiques démographiques des autres praticiens de santé
Zoom sur l’oncologie médicale: une approche démographique régionale
Une mise en perspective de l’évolution des effectifs
pour six spécialités médicales
Évolution prévisionnelle des effectifs
Les effectifs face à l’évolution de l’incidence du cancer
L’accès à l’exercice de la cancérologie: formations et qualifications
Les diplômes de troisième cycle
La qualification

La complémentarité des métiers et des expertises
dans deux domaines
Les métiers du diagnostic
Les professionnels du diagnostic du cancer : une opposition Nord-Sud classique
D’importantes évolutions techniques
Les métiers de la radiothérapie
Un contexte d’exercice en rapide évolution
Les particularités des métiers et leurs domaines d’intervention


L’évolution des métiers et de leur exercice :
coopérations et nouveaux métiers

En conclusion

Annexes

Compte rendu d’audition : un état des lieux démographique
partagé avec les professionnels de la radiothérapie
Les oncologues radiothérapeutes
Les chiffres sur les oncologues radiothérapeutes
Les initiatives de la profession en matière de démographie
Les effectifs en formation
Les radiophysiciens
Les chiffres sur les radiophysiciens: des données rassemblées
par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)
Les autres sources de données démographiques sont convergentes
Répartition régionale des effectifs
Les manipulateurs d’électroradiologie médicale
Les chiffres sur les manipulateurs d’électroradiologie médicale
Une répartition géographique similaire à celle des autres métiers de la radiothérapie
Des perspectives démographiques défavorables
Les tensions démographiques liées à l’environnement et aux évolutions du métier
Les initiatives de la profession en matière de démographie: les effectifs en formation
Liste des participants à l’audition des professionnels des métiers
de la radiothérapie

Les caractéristiques synthétiques de 21 métiers impliqués dans la prise
en charge de patients atteints du cancer
Les spécialités médicales
Les spécialités chirurgicales
Les autres professions intervenant en cancérologie
Les experts ayant participé à la lecture et à la validation des fiches métiers
Les contributeurs