Tous les produits

 
Retour
 

Hospitalisation à domicile (HAD)

Auteur(s) :

Editeur :

  • Inspection générale des affaires sociales

Titre de couverture : NOTE : Les fichiers compatibles avec le matériel de synthèse vocale utilisé par le public malvoyant pourront être adressés sur simple demande à la section des rapports de l'IGAS à l'adresse internet suivante : igas-section-rapports@sante.gouv.fr

Date de remise : Décembre 2010
268 pages

Pour lire les rapports vous avez besoin d'un lecteur PDF comme Adobe Reader (Acrobat) ou un logiciel libre

Numérique
 
Télécharger
Papier
15,50
 

Livré sous 5 à 8 jours

Frais de port France : 4,56 € pour 1 exemplaire

Le présent rapport dresse, dans un premier temps, un diagnostic de l'état actuel de l'HAD en termes de positionnement dans l'offre de soins et de fonctionnement, puis dresse le bilan des politiques nationales et régionales. Ce rapport fait ensuite des préconisations visant à assurer la poursuite du développement de l'HAD dans la « juste » place qu'elle doit occuper dans l'offre de soins, en précisant les conditions de tarification et de fonctionnement que cela implique.

 
 
 

Tome I

SYNTHESE

 1. L’HAD, UN MODE DE PRISE EN CHARGE ORIGINAL MARQUE PAR UNE FORTE CROISSANCE, UNE GRANDE DIVERSITE, DES DIFFICULTES DE POSITIONNEMENT ET DES CONTRAINTES DE FONCTIONNEMENT

 1.1. L’HAD, un mode de prise en charge original, fruit d’une longue évolution
 1.1.1. De la naissance de l’HAD à son affirmation dans le paysage sanitaire
 1.1.2. Une prise en charge globale, coordonnée et pluridisciplinaire, à la charnière des
 secteurs hospitalier, ambulatoire, médico-social et social
 
 1.2. Un développement global, récent et rapide mais une faible contribution à l’offre de soins,
 inégalement répartie sur le territoire et reposant sur des structures hétérogènes
 1.2.1. Malgré un développement rapide, la contribution de l’HAD à l’offre de soins
 demeure faible
 1.2.2. Une couverture nationale qui masque une forte hétérogénéité territoriale.
 1.2.3. Des établissements de taille et de statut très hétérogènes
 
 1.3. Une relation étroite avec les structures d’hospitalisation qui a limité jusqu’à présent la
 place de l’HAD dans les parcours de soins
 1.3.1. Des parcours de soins qui comportent majoritairement un passage en établissement
 de santé MCO ou SSR avant l’entrée en HAD
 1.3.2. Une prescription d’HAD essentiellement hospitalière2
 1.3.3. Des relations complexes et une articulation limitée avec les autres intervenants du
 soin à domicile
 
 1.4. Une diversité qui renvoie à différents champs d’intervention et modèles de prise en
 charge
 1.4.1. L’HAD, une modalité de prise en charge de soins ponctuels, en alternative ou
 complément au MCO
 1.4.2. L’HAD et la prise en charge de soins continus
 1.4.3. L’HAD alternative ou complément des soins de suite et de réadaptation
 
 1.5. La difficile conciliation d’un service hospitalier avec le domicile
 1.5.1. Une coordination délicate avec les intervenants libéraux, sur le plan médical et
 paramédical
 1.5.2. La délicate gestion « à distance » des prestations
 
 

 2. DES POLITIQUES DE SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT DE L’HAD INSUFFISAMMENT CIBLEES DONT LES LIMITES COMMENCENT A APPARAITRE

 2.1. Un cadre réglementaire et un accompagnement propices au développement de l’HAD
 2.1.1. L’allégement des contraintes de planification
 2.1.2. La fixation d’un objectif quantifié au niveau national
 2.1.3. La mise en œuvre d’une politique d’accompagnement par l’Assurance maladie
 2.1.4. Le développement d’une politique de qualité
 
 2.2. Une tarification incitative mais dont les lacunes engendrent des dérives et des difficultés
 d’interprétation et de contrôle
 2.2.1. Les principes de la tarification à l’activité (T2A) HAD
 2.2.2. L’avantage majeur du nouveau système : une incitation au développement des
 activités de l’HAD
 2.2.3. Des difficultés d’application qui ont fait apparaître progressivement les limites du
 nouveau système
 
 2.3. Des politiques régionales qui ont laissé de larges marges de manœuvre aux acteurs
 2.3.1. Des politiques régionales limitées, sauf exception
 2.3.2. Des dynamiques territoriales liées en grande partie aux acteurs
 
 

 3. ASSURER LE DEVELOPPEMENT DE L’HAD DE FAÇON MAITRISEE ET DIFFERENCIEE

 3.1. L’HAD constitue une réponse potentiellement adaptée à certains besoins sanitaires,
 sociaux et financiers
 3.1.1. Une réponse à la demande sociale de prise en charge à domicile, sous certaines
 conditions médicales et socio-familiales
 3.1.2. Une contribution potentielle à l’efficience du système de santé
 
 3.2. Développer et conforter la place HAD dans l’offre et les parcours de soins
 3.2.1. Promouvoir des développements ciblés et élargir l’offre en gériatrie
 3.2.2. Accélérer la production de référentiels et réformer la tarification
 3.2.3. Améliorer la couverture territoriale de l’HAD et son intégration dans l’ensemble de
 composantes de l’offre de soins
 
 3.3. Continuer à faire progresser la qualité de service pour permettre à l’HAD d’assurer des
 soins complexes et coordonnés
 3.3.1. Améliorer la coordination des soins et des services apportés à domicile
 3.3.2. Améliorer la qualité de la prise en charge, par les soignants et les aidants
 
 

 CONCLUSION

 PRINCIPALES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION

 LISTE DES PERSONNES RENCONTREES AU NIVEAU NATIONAL

 REPONSES DE LA DGOS ET OBSERVATIONS DE LA MISSION

 REPONSES DE LA DGCS ET OBSERVATIONS DE LA MISSION

 NOTE D’OBSERVATION DE LA DREES

 Tome 2
 
 

 L’HAD EN RHONE-ALPES

 1. L’HAD DANS L’OFFRE DE SOINS REGIONALE
 1.1. Activité, nombre de structures, taille et couverture géographique
 1.2. Statut juridique et mode de rattachement
 1.3. Principaux modes de prise en charge
 1.4. Place dans les parcours de soins
 1.5. Situation économique
 1.6. Eléments qualitatifs 8
 1.7. Perspectives
 
 2. LES ORIENTATIONS ET LES OUTILS DE LA POLITIQUE REGIONALE
 2.1. Le SROS et la politique d’autorisation
 2.1.1. Place de l’HAD dans le SROS et principales orientations
 2.1.2. Politique d’autorisation de l’ARH
 2.1.3. Autres démarches
 2.2. La politique de l’assurance maladie
 2.2.1. Accompagnement
 2.2.2. Contrôles
 
 

 CHU DE GRENOBLE

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale et place des médecins traitants
 3.2. Organisation paramédicale
 3.3. PDS
 3.4. SI et dossier patient
 3.5. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 5.1. Equilibre économique
 5.2. PMSI
 
 

 CENTRE LEON BERARD

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale, place des médecins traitants et organisation paramédicale
 3.2. PDS
 3.3. SI et dossier patient
 3.4. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 5.1. Equilibre économique
 5.2. PMSI
 
 6. COMMENTAIRES GENERAUX
 
 

 ALLP

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale et place des médecins traitants
 3.2. Organisation paramédicale
 3.3. PDS
 3.4. SI et dossier patien
 3.5. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 5.1. Equilibre économique
 5.2. PMSI
 
 6. COMMENTAIRES GENERAUX
 
 

 SOINS ET SANTE

 1. ORGANISATION
 1.1. Statut, dimension, positionnement et couverture géographique
 1.2. Organisation générale
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité
 2.2. Positionnement dans les parcours de soins et par rapport aux autres composantes de
 l’offre de soins
 2.2.1. Positionnement dans les parcours de soins
 2.2.2. Relations avec les centres hospitaliers
 2.2.3. Relation avec les autres composantes de l’offre de soins et du médico social
 (médecins traitants, SSIAD, réseaux de santé EHPAD etc) et les prestataires de services
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale et place des médecins traitant
 3.2. Organisation paramédicale
 3.2.1. Ressources paramédicales
 3.2.2. Organisation et activités
 3.2.3. Outils
 3.3. Continuité et permanence des soins (PDS)
 3.4. Système d’information (SI) et dossier patient
 3.5. Médicament et dispositifs médicaux
 3.6. Accréditation, certification et politique de qualité
 3.7. Information médicale
 
 4. RESULTATS ECONOMIQUES ET EFFICIENCE
 4.1. Equilibre économique
 4.2. Eléments sur la formation du résultat
 
 

 OÏKIA

 1. UNE STRUCTURE FRAGILE DONT L’EQUILIBRE FINANCIER A ETE COMPROMIS
 1.1. Née dans le cadre des soins palliatifs, la structure recherche rapidement la
 diversification
 1.2. L’établissement est confronté à une grave crise financière, en 2008 et 2009
 1.3. Des partenariats peu formalisés mais réels
 
 2. UN FORT DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE AVEC UNE PRESENCE IMPORTANTE DES SOINS
 PALLIATIFS ET UN DISPOSITIF DE SECURITE ET DE QUALITE EFFECTIF
 2.1. L’activité largement orientée vers les soins palliatifs demeure en dessous des
 anticipations aventureuses de début 2009
 2.2. En dépit des turbulences rencontrées, l’établissement a obtenu la certification de la
 Haute autorité de santé, au titre de la V2
 
 

 CH DE CREST

 1. STRUCTURATION JURIDIQUE ET ORGANISATION GENERALE
 1.1. Brève histoire de l’HAD de Crest
 1.2. L’HAD de Crest a largement développé son partenariat
.3. Coûts et moyens de l’hospitalisation à domicile
 2. UN DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE LARGEMENT DOMINE PAR L’ORIENTATION EN SOINS
 PALLIATIFS DANS LE CADRE DE PROCEDURES HOSPITALIERES DE QUALITE ET DE SECURITE
 2.1. Une forte progression d’activité dans laquelle les soins palliatifs représentent une partie
 très importante
 2.2. Des procédures hospitalières de sécurité et de qualité utilisées ou transposées
 
 

 L’HAD 74

 1. CARACTERISTIQUES GENERALES
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge 3
 2.2. Analyse du case mix et des caractéristiques de la population prise en charge
 2.3. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et place de l’HAD
 dans les parcours de soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Organisation et activités médicales et paramédicales
 3.2. Continuité et permanence des soins (PDS)
 3.3. Médicament, dispositifs médicaux et matériels
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION, POLITIQUE DE QUALITE, FORMATION
 7
 5. GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE
 
 6. CONCLUSION
 
 

 L’HAD DU CENTRE HOSPITALIER DE LA REGION D’ANNECY (CHRA)

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Elément sur le statut et le territoire d’intervention
 1.2. Partenariat avec les autres composantes de l’offre de soins
 1.2.1. Partenariat avec les établissements hospitaliers
 1.2.2. Partenariat avec les professionnels libéraux
 1.2.3. Partenariat avec les EPHAD, les autres structures du médico-social et les réseaux
 
 2. ACTIVITES
 2.1. Approche globale de l’activité
 2.2. Analyse du case mix
 2.3. Positionnement dans les parcours de soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Organisation médicale et paramédicale
 3.1.1. Médecins coordonnateurs et médecins traitants
 3.1.2. Infirmières et aides soignantes
 3.2. Procédures et outils de coordination, organisation de la permanence des soins
 3.3. Approvisionnement en médicament et dispositifs médicaux
 
 4. QUALITE
 
 5. ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE
 
 

 SYNTHESE REGIONALE AQUITAINE

 1. L’HOSPITALISATION A DOMICILE (HAD) DANS L’OFFRE DE SOINS REGIONALE
 1.1. Les structures d’HAD
 1.2. Les activités d’HAD
 
 2. LES ORIENTATIONS ET LES OUTILS DE LA POLITIQUE REGIONALE
 2.1. L’élaboration et mise en œuvre du SROS et la politique d’autorisation
 2.2. Les démarches de contractualisation et d’accompagnement
 
 

 HOPITAL SUBURBAIN DU BOUSCAT

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale et place des médecins traitants
 3.2. Organisation paramédicale
 3.3. PDS
 3.4. SI et dossier patient
 3.5. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 5.1. Equilibre économique
 5.2. PMSI
 
 

 MAISON DE SANTE PROTESTANTE DE BORDEAUX-BAGATELLE

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Organisation médicale et paramédicale
 3.2. Collaborations avec les professionnels de santé libéraux
 3.3. Service rendu par domaine d’activité
 3.4. PDS
 3.5. SI et dossier patient
 3.6. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 
 

 CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX

 1. STRUCTURATION JURIDIQUE ET ORGANISATION GENERALE
 1.1. Organisation et stratégie
 1.2. Les partenariats avec les autres composantes de l’offre de soins sont largement
 informels, mais efficaces
 1.3. Une situation financière équilibrée dans un premier temps et en recherche de son
 ajustement
 
 2. UNE MONTEE EN CHARGE TRES SENSIBLE APPUYEE SUR LES SAVOIR FAIRE DE L’HOPITAL EN
 MATIERE DE SECURITE ET DE QUALITE
 2.1. Une montée en charge très sensible qui comble en partie le retard du Périgord Nord et
 Centre, mais laisse de côté jusqu’à présent la chimiothérapie
 2.2. Pour la permanence, la qualité et la sécurité, l’HAD s’appuie sur les moyens et les
 procédures de l’hôpital
 
 

 SANTE SERVICE DAX

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Eléments généraux sur l’organisation et le management de SSD
 1.1.1. Statut et histoire
 1.1.2. Structuration et ressources humaines
 1.2. Couverture géographique et positionnement
 1.3. Orientations stratégiques et relations avec la tutelle
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.1.1. Eléments généraux
 2.1.2. Analyse du case mix
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 2.2.1. Données sur l’origine et les conditions de sortie des patients
 2.2.2. Des relations étroites avec les structures hospitalières 1
 2.2.3. Des prescriptions accrues en provenance de la médecine de ville et des médecins
 coordonateurs des EPHAD
 2.2.4. Une articulation complexe avec le SSIAD
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Organisation paramédicale médicale et para médicale
 3.2. Permanence et continuité des soins
 3.3. Médicament et dispositifs médicaux

 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EQUILIBRE ECONOMIQUE ET OUTILS DE GESTION
 
 6. PERSPECTIVES
 
 

 L’HAD EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

 1. L’HAD DANS L’OFFRE DE SOINS REGIONALE
 1.1. Activité, nombre de structures, taille et couverture géographique
 1.2. Statut juridique et mode de rattachement
 1.3. Principaux modes de prise en charge
 1.4. Place dans l’offre et les parcours de soins
 1.5. Perspectives
 
 2. LES ORIENTATIONS ET LES OUTILS DE LA POLITIQUE REGIONALE
 2.1. Le SROS et la politique d’autorisation
 2.1.1. Principales orientations du SROS
 2.1.2. Politique d’autorisation de l’ARH
 2.1.3. Autres démarches
 2.2. La politique de l’assurance maladie
 2.2.1. Accompagnement
 2.2.2. Contrôles
 
 

 L’APARD A MONTPELLIER

 1. UN CONTEXTE TRES PARTICULIER
 
 2. UN PROJET EN MESURE D’ABOUTIR
 
 

 CHU DE MONTPELLIER

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Informations générales
 1.2. Activités
 1.3. Qualité, continuité, permanence
 1.4. Gestion
 
 2. TROUVER DE NOUVEAUX LIENS ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE DE MONTPELLIER ET L’HOSPITALISATION A DOMICILE
 
 

 L’HAD EN LIMOUSIN

 1. L’HAD DANS L’OFFRE DE SOINS REGIONALE
 1.1. Activité, nombre de structures, taille et couverture géographique
 1.2. Statut juridique et mode de rattachement
 1.3. Principaux modes de prise en charge
 1.4. Place dans l’offre et les parcours de soins
 1.5. Perspectives
 
 2. LES ORIENTATIONS ET LES OUTILS DE LA POLITIQUE REGIONALE
 2.1. Le SROS et la politique d’autorisation
 2.1.1. Place de l’HAD dans le SROS et principales orientations
 2.1.2. Politique d’autorisation de l’ARH
 2.1.3. Autres démarches
 2.2. La politique de l’assurance maladie
 2.2.1. Accompagnement
 2.2.2. Contrôles
 
 

 HAD 23

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Coordination médicale et place des médecins traitants
 3.2. Organisation paramédicale
 3.3. PDS4
 3.4. SI et dossier patient
 3.5. Médicament et dispositifs médicaux
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 
 

 AUTRES REGIONS L’HAD DE L’AP-HP

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Elément sur le statut et le territoire d’intervention
 1.2. Organisation et ressources
 1.3. Partenariat avec les autres composantes de l’offre de soins
 1.3.1. Partenariat avec les établissements hospitaliers
 1.3.2. Partenariat avec les professionnels libéraux et les autres acteurs
 1.3.3. Orientations stratégiques
 
 2. ACTIVITES
 2.1. Approche globale de l’activité
 2.2. Analyse quantitative du case mix
 2.3. Positionnement dans le parcours de soins à partir des modes d’entrée et de sortie0
 2.4. Analyse qualitative du case mix
 2.4.1. Obstétrique, périnatalité et pédiatrie
 2.4.2. Chimiothérapie
 2.4.3. Soins palliatifs
 2.4.4. SSR
 
 3. ORGANISATION DU FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 
 4. ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE
 
 

 SANTE-SERVICE ILE DE FRANCE

 1. UNE HOSPITALISATION A DOMICILE PIONNIERE EN FRANCE
 1.1. Histoire et organisation générale
 1.2. Un partenariat étoffé
 1.2.1. Plus de cent conventions de coopération passées avec des établissements de santé ou avec des EHPAD
 1.2.2. Un partenariat développé avec les réseaux de santé6
 1.2.3. Santé-Service a également un partenariat avec des associations de bénévoles
 1.3. Moyens
 1.3.1. Moyens financiers
 1.3.2. Moyens humains
 
 2. UNE ACTIVITE MEDICALE TOUJOURS SOUTENUE, S’APPUYANT SUR DES PROCEDURES DE
 QUALITE ET DE SECURITE HOSPITALIERES
 2.1. La réduction de la durée de séjour dans les autres modes de prise en charge a largementété compensée par l’augmentation des entrées et le développement des soins palliatifs
 2.1.1. Une activité générale soutenue et maintenue
 2.1.2. Pour la première fois en 2009, les soins palliatifs deviennent le mode de prise en
 charge le plus important en nombre de journées
 2.1.3. La place de l’HAD dans le parcours de soins
 2.2. Une qualité certifiée par la Haute Autorité de Santé
 2.2.1. Permanence des soins
 2.2.2. Circuit du médicament
 2.2.3. Dossier du patient, coordination, continuité des soins
 2.2.4. Lutte contre les infections nosocomiales ; hygiène et sécurité
 2.2.5. Certification à la V2 par la haute autorité de santé (HAS)
 
 

 CH DE PERONNE, HAM ET ALBERT

 1. ORGANISATION GENERALE
 1.1. Statut et positionnement
 1.2. Taille et couverture géographique
 
 2. ACTIVITES ET POSITIONNEMENT
 2.1. Activité et principaux modes de prise en charge
 2.2. Positionnement par rapport aux autres composantes de l’offre de soins et parcours de
 soins
 
 3. FONCTIONNEMENT ET SERVICE RENDU
 3.1. Organisation médicale et paramédicale8
 3.2. Service rendu 8
 3.3. PDS
 3.4. SI et dossier patient
 3.5. Médicaments
 
 4. ACCREDITATION, CERTIFICATION ET POLITIQUE DE QUALITE
 
 5. EFFICIENCE
 
 

 SANTELYS

 1. UN SERVICE INTEGRE DANS UNE PLATE FORME MULTIMODALE ET DISPOSANT DE RESSOURCES
 IMPORTANTES
 1.1. L’héritage de la ligue du Nord d’hygiène sociale, un ensemble de prestations à domicile
 1.1.1. Un ensemble associatif intervenant dans le domaine de la formation et dans celui
 des prestations à domicile
 1.1.2. L’activité progresse fortement dans la période récente jusque fin 2008 dans le
 cadre d’un projet médical coordonné
 1.2. Des partenariats développés
 1.3. Des ressources humaines et financières importantes
 1.3.1. Ressources financières
 1.3.2. Ressources humaines
 
 2. DES ACTIVITES DEVELOPPEES ET APPUYEES SUR UNE FORTE EXPERTISE QUI VONT DESORMAIS
 RENCONTRER DE LA CONCURRENCE SUR LE BASSIN DE LILLE
 2.1. Une forte expansion dans la période récente en particulier dans le domaine des soins
 palliatifs
 2.1.1. L’activité globale a très fortement progressé entre 2007 et 2008, pour connaître
 ensuite un léger tassement
 2.1.2. L’analyse du case mix fait apparaître la prédominance des soins palliatifs et la
 rémanence des pansements complexes, cœur de métier de l’HAD
 2.1.3. Parcours de soins des patients
 2.2. L’émergence de deux nouvelles HAD dans l’agglomération de Lille
 2.3. La solidité des procédures de qualité a été constatée par la Haute Autorité de Santé
 2.3.1. Permanence des soins
 2.3.2. Gestion de la continuité des soins
 2.3.3. Approvisionnent en médicament et dispositifs médicaux
 2.3.4. Les modalités de relation avec les usagers
 2.3.5. Protocoles de prise en charge
 2.3.6. Hygiène et sécurité, lutte contre les infections nosocomiales
 2.3.7. L’établissement a été accrédité puis certifié
 
 

 LISTE DES HAD ETUDIEES