Retour
 

Rapport d'information déposé (...) par la commission des affaires culturelles et de l'éducation sur la gestion des réserves et des dépôts des musées

Auteur(s) :

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Date de remise : Décembre 2014
160 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Plus de dix ans après le vote de la loi relative aux musées de France de janvier 2002 et alors que devaient s'achever en juin 2014 les opérations du premier récolement décennal de l'ensemble des collections, la commission des affaires culturelles et de l'éducation a confié en mai 2013 aux quatre rapporteurs une mission d'information sur les réserves et les dépôts des musées. La mission a abordé les différents aspects de la gestion des collections des musées, de l'entrée des oeuvres dans les collections jusqu'à leur exposition au public, étudiant les conditions de conservation des œuvres dans les réserves des musées, les modalités de leur circulation – notamment, au travers de prêts ou de dépôts –, mais aussi la question de leur restauration. La mission s'est intéressée tout particulièrement à la provenance des oeuvres qui entrent ou sont entrées dans les collections publiques et aborder la question de la présence dans ces collections d'œuvres aux origines douteuses. Au terme d'un an de travaux les rapporteurs présentent 47 propositions pour une gestion rénovée des collections. Ils préconisent l'achèvement effectif des opérations du premier récolement général des collections, qui constitue la base de toute politique muséale. Ils souhaitent que le contrôle exercé sur les musées, nationaux comme territoriaux, par la direction des musées de France soit renforcé, afin de faire de cette direction l'animateur d'un véritable réseau de musées sur l'ensemble du territoire.

SYNTHÈSE DU RAPPORT

47 PROPOSITIONS POUR UNE GESTION RÉNOVÉE DES COLLECTIONS DES MUSÉES DE FRANCE

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE – CONNAÎTRE LES COLLECTIONS PUBLIQUES : POUR UN ABOUTISSEMENT EFFECTIF DES OPÉRATIONS DE RÉCOLEMENT DES COLLECTIONS, QUI CONSTITUE LA BASE DE TOUTE POLITIQUE MUSÉALE

I. LA LOI DU 4 JANVIER 2002 A MIS EN PLACE LES INSTRUMENTS D’UNE MEILLEURE GESTION DES COLLECTIONS DES MUSÉES DE FRANCE
A. UNE APPELLATION UNIFIÉE POUR LES « MUSÉES DE FRANCE » ET UN STATUT CONFORTÉ POUR LEURS COLLECTIONS
1. La définition d’une appellation unifiée « musées de France »
2. Le statut des collections publiques

B. DES INSTRUMENTS INDISPENSABLES À UNE BONNE GESTION PATRIMONIALE DES COLLECTIONS DES MUSÉES DE FRANCE
1. Une réponse aux critiques fortes adressées par la Cour des comptes en 1997
2. L’institution d’une obligation de mettre l’inventaire à jour et d’effectuer un récolement décennal

II. QUEL BILAN POUR LE PREMIER RÉCOLEMENT DÉCENNAL DES COLLECTIONS DES MUSÉES DE FRANCE ?
A. UN BILAN CHIFFRÉ INSATISFAISANT, MALGRÉ UNE NETTE AMÉLIORATION DU TAUX DE RÉCOLEMENT EN FIN DE PÉRIODE
1. L’anticipation, dès avant la date butoir de juin 2014, d’un bilan médiocre pour les musées de France pris dans leur ensemble
2. Une accélération des opérations en fin de période, traduite par les résultats officiels présentés en octobre 2014

B. LES RAISONS POUVANT EXPLIQUER LE NON-RESPECT D’UNE OBLIGATION POURTANT IMPOSÉE PAR LA LOI

C. LE CAS DU RÉCOLEMENT DANS LES MUSÉES DÉPENDANT DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

III. LES PRÉCONISATIONS DE LA MISSION POUR UN ACHÈVEMENT EFFECTIF DES OPÉRATIONS DE RÉCOLEMENT
A. CONSACRER LES MOYENS NÉCESSAIRES À L’ACHÈVEMENT DES OPÉRATIONS DU PREMIER RÉCOLEMENT DANS TOUS LES MUSÉES DE FRANCE
1. Reporter au 31 décembre 2016 la date butoir pour l’achèvement effectif du récolement de l’ensemble des collections des musées de France
2. Demander aux propriétaires des collections un renforcement ponctuel des moyens financiers alloués aux opérations de récolement
3. Faire usage de méthodes expérimentées dans certains musées et ayant fait leurs preuves
4. Conditionner l’allocation des crédits d’acquisition à l’achèvement effectif des opérations de récolement

B. TIRER TOUS LES ENSEIGNEMENTS DES OPÉRATIONS DU PREMIER RÉCOLEMENT GÉNÉRAL DES COLLECTIONS
1. Adapter les méthodes de récolement dans les musées d’archéologie et muséums d’histoire naturelle
2. Systématiser la réalisation d’un chantier des collections en cas de réaménagement des espaces de conservation
3. Encourager le développement de la numérisation de la gestion des collections
4. Valoriser les méthodes retenues par certains musées : pour la publication d’une étude qualitative
5. Renforcer la formation des personnels de conservation

C. RENFORCER LE PILOTAGE NATIONAL DES POLITIQUES MUSÉALES PAR LA DIRECTION DES MUSÉES DE FRANCE
1. Pour un encadrement stratégique des musées nationaux
2. Pour un contrôle renforcé sur les autres musées de France
a. Réaliser une mission d’étude et d’inspection sur les musées « fermés » et l’avenir de leurs collections
b. Faire à moyen terme obligation aux musées de France d’établir un projet scientifique et culturel, sous peine de retrait de l’appellation
3. Pour l’animation d’un réseau de musées

D. APPORTER TOUT LE SOIN NÉCESSAIRE AUX OPÉRATIONS DITES DE « POST-RÉCOLEMENT » DANS CHAQUE MUSÉE

DEUXIÈME PARTIE – CONSERVER LES COLLECTIONS : POUR UNE GESTION RÉNOVÉE DES RÉSERVES DES MUSÉES DE FRANCE

I. LES RÉSERVES DES MUSÉES DE FRANCE : QUEL ÉTAT DES LIEUX ?
A. LES DIFFÉRENTES FONCTIONS REMPLIES PAR LES RÉSERVES DES MUSÉES

B. LES DIFFICULTÉS AUXQUELLES SONT CONFRONTÉS LES MUSÉES DANS LA GESTION DE LEURS RÉSERVES
1. L’exiguïté des réserves, problème récurrent accentué par l’accroissement tendanciel du volume des collections publiques
2. Des conditions de sécurité insuffisantes du fait de l’exposition élevée à certains risques
3. La précarité juridique des réserves situées dans des bâtiments pris en location
4. De mauvaises conditions de conservation en réserves qui se traduisent in fine par un coût certain pour les finances publiques

II. LES VOIES DE MODERNISATION EXPLORÉES AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES : DES RÉSERVES MUTUALISÉES, EXTERNALISÉES, VOIRE VISITABLES ?
A. DES RÉSERVES EXTERNALISÉES ET, LE CAS ÉCHÉANT, MUTUALISÉES : UN SUJET CONTROVERSÉ MAIS QUI OFFRE AUSSI DES EXEMPLES PROMETTEURS EN RÉGIONS
1. Un sujet controversé au sein des musées nationaux
2. Des exemples prometteurs en régions

B. LES RÉSERVES VISITABLES : UNE UTOPIE ?

C. LES RÉSERVES « MODÈLES » DES NOUVELLES CONSTRUCTIONS
1. Un choix différent pour la localisation des réserves
2. Des réserves adaptées à la conservation des différents types de collections conservées
3. Un musée qui donne à voir certaines de ses coulisses

III. LES PRÉCONISATIONS DE LA MISSION POUR UNE GESTION MODERNISÉE DES RÉSERVES
A. RATIONALISER L’ORGANISATION DES RÉSERVES EN DEMANDANT À CHAQUE MUSÉE DE FRANCE D’INSCRIRE LA QUESTION DE SES RÉSERVES DANS SON PROGRAMME SCIENTIFIQUE ET CULTUREL
1. Pour une réflexion prospective de chaque musée sur ses réserves
2. Pour des réserves rendues partiellement visitables, sous conditions

B. TRANCHER LA QUESTION D’UN CENTRE DE CONSERVATION COMMUN AUX MUSÉES NATIONAUX PARISIENS MENACÉS PAR UNE CRUE CENTENNALE DE LA SEINE
1. L’abandon du projet d’un Centre de conservation, de recherche et de restauration des musées de France à Cergy-Pontoise
2. La solution trouvée par le musée du Louvre
3. Les questions qui restent à trancher

C. DES RÉSERVES, POUR QUOI FAIRE ?
1. La création d’antennes en régions : une bonne réponse pour la mise en valeur des œuvres jusque-là conservées en réserves ?
2. Une remise en cause du caractère absolu de l’inaliénabilité des collections publiques ?

TROISIÈME PARTIE – SÉCURISER LES COLLECTIONS : POUR UNE RECHERCHE SYSTÉMATIQUE DE LA PROVENANCE DES OEUVRES À L’ORIGINE DOUTEUSE

I. DES OEUVRES À L’ORIGINE DOUTEUSE DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES CONSERVÉES PAR LES MUSÉES DE FRANCE : LES MNR
A. LES ACTES DE SPOLIATION PERPÉTRÉS EN FRANCE DURANT L’OCCUPATION

B. UN CADRE JURIDIQUE AD HOC PERMETTANT LA RESTITUTION DES OEUVRES SPOLIÉES
1. Des ordonnances emportant nullité des actes de spoliation
2. Une première vague de restitutions dans l’immédiat après-guerre
3. Le statut des œuvres MNR placées depuis 1949 sous la garde des musées nationaux

C. LE LONG TRAVAIL DE RESTITUTION DES OEUVRES

II. DES OEUVRES SPOLIÉES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES ?
A. DES OEUVRES AU PASSÉ TROUBLE SANS DOUTE PRÉSENTES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES

B. LES PROCÉDURES D’ACQUISITION DANS LES MUSÉES DE FRANCE GARANTISSENT-ELLES QU’AUCUNE OEUVRE À L’ORIGINE DOUTEUSE NE PUISSE ENTRER DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES ?

III. LES PRÉCONISATIONS DE LA MISSION POUR UNE RECHERCHE SYSTÉMATIQUE DE LA PROVENANCE DES OEUVRES AU PASSÉ FLOU
A. POUR UN RÈGLEMENT DE LA QUESTION DES MNR
1. Améliorer les conditions d’information du grand public
2. Aider les ayants droit dans leurs recherches
a. Pour une modernisation du site internet Rose-Valland
b. Pour un plus large accès effectif aux archives publiques
3. Pour l’amplification de la recherche proactive des ayants droit des victimes de spoliation
4. Clarifier le statut juridique des œuvres MNR au regard des résultats des recherches menées

B. POUR UNE RECHERCHE SYSTÉMATIQUE DE LA PROVENANCE DES OEUVRES ANTÉRIEURES À 1945 ET ENTRÉES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES DEPUIS 1933
1. Une recherche systématique qui figure parmi les principes dits de Washington et qui est mise en œuvre aux États-Unis comme en Allemagne
2. Mettre en place un réseau de référents en recherche de provenance en s’inspirant des exemples étrangers
3. Expérimenter un financement par l’État de projets de recherches de provenance engagés par les musées de France
4. Développer un savoir académique sur la recherche de provenance et renforcer la formation initiale et continue des personnels scientifiques des musées de France

QUATRIÈME PARTIE – VALORISER LES COLLECTIONS : POUR UNE POLITIQUE DYNAMIQUE ET COHÉRENTE DE DÉPÔTS ET DE PRÊTS

I. LA CIRCULATION DES COLLECTIONS PUBLIQUES : ÉTAT DES LIEUX
A. LE CADRE JURIDIQUE ET PROCÉDURAL

B. LES CONTRAINTES PESANT SUR LES PRÊTS ET DÉPÔTS

C. L’ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PRÊTS ET DÉPÔTS

II. IDENTIFIER LES FREINS AU DÉVELOPPEMENT DES DÉPÔTS
A. LA MAUVAISE CONNAISSANCE DE L’ÉTAT DES LIEUX

B. LES LIMITES DES PROCÉDURES ACTUELLES

III. LES PRÉCONISATIONS DE LA MISSION POUR UNE MEILLEURE CIRCULATION DES OEUVRES
A. FAIRE DE LA COMMISSION DE RÉCOLEMENT DES DÉPÔTS UNE INSTANCE NATIONALE DE COORDINATION ET DE PILOTAGE D’UNE POLITIQUE COHÉRENTE DES DÉPÔTS

B. CLARIFIER LE RÉGIME DES DÉPÔTS
1. Mettre en cohérence les dépôts avec le projet scientifique et culturel des musées dépositaires
2. Responsabiliser davantage les musées dépositaires
3. Étendre la règle du transfert de propriété automatique des dépôts de longue durée

C. ENCOURAGER AU RECOURS À LA PROCÉDURE DES PRÊTS DE LONGUE DURÉE PAR L’ÉTAT D’OEUVRES SIGNIFICATIVES » DE SES COLLECTIONS

CONCLUSION

TRAVAUX DE LA COMMISSION
I. PRÉSENTATION EN COMMISSION DE LA NOTE D’ÉTAPE ÉTABLIE PAR LA MISSION

II. EXAMEN DU RAPPORT EN COMMISSION

ANNEXE N° 1 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LA MISSION

ANNEXE N° 2 : DÉPLACEMENTS DE LA MISSION

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Musee , Oeuvre d'art

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP