Retour
 

Eau, agriculture et changement climatique : statu quo ou anticipation ?

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Date de remise : Juillet 2017
126 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Comment doit se préparer l'agriculture française au défi du changement climatique qui menace son modèle actuel à un horizon de 15 ou 20 ans ? Les auteurs esquissent une réponse sur la base de scénarios fondés sur 6 études de cas. Selon eux, le pire des scénarios serait le statu quo.

RÉSUMÉ

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RECOMMANDATIONS

1. CONTEXTE ET ENJEUX

1.1. Eau, sols, agro-systèmes et bioéconomie durables : réussir l’adaptation et l’atténuation et assurer la sécurité alimentaire

1.2. Eau, alimentation et changement climatique aux niveaux mondial et interrégional : quels sont les enjeux pour l’Europe ?

1.3. L’eau, l’irrigation, la société et les politiques publiques en France : quelles évolutions ?
1.3.1. L’irrigation mobilise 1,7 % de la ressource en eau, son efficience a progressé de 30 %
1.3.2. Un double déséquilibre de l’action publique au détriment de notre agriculture, un problème d’ordre sociétal
1.4. Ressources en eau et changement climatique en France : la montée annoncée des problèmes
1.4.1. Aridification, méditerranéisation, variabilité climatique et annonce de sécheresses extrêmes
1.4.2. Les impasses annoncées par les prospectives « Explore 2070 » et « Garonne 2050 »

2. STATU QUO OU ANTICIPATION : QUELS IMPACTS POUR NOS SIX TERRITOIRES ET POUR LA FRANCE ?. 26

2.1. Le scénario de « statu quo » met en danger territoires et biens publics
2.1.1. Vers une Méditerranée non durable ? Le cas du Languedoc et de la viticulture
2.1.2. Une ruralité de grande qualité en danger : la Drôme
2.1.3. Des systèmes herbagers et des montagnes rurales en risques d’effondrement : la Lozère
2.1.4. Situation conflictuelle en Poitou-Charentes : quelle conséquences pour le bassin de la Boutonne ?
2.1.5. La Beauce, première région irriguée de France en risque climatique
2.1.6. Les cultures légumières sous contrat dans les Hauts-de-France : pertes d’emplois et risques de délocalisation
2.1.7. Coûts et risques pour la France du scénario de « statu quo »

2.2. D’autres itinéraires sont possibles : les scénarios d’anticipation
2.2.1. En Languedoc, bassin de l’Hérault
2.2.2. En Drôme
2.2.3. En Lozère
2.2.4. Dans le bassin de la Boutonne
2.2.5. Dans la Beauce
2.2.6. Dans les Hauts-de-France
2.2.7. Conclusion : des solutions de développement durable sont possibles, elles nécessitent d’adopter une vision de type « BRBS » : besoins, ressources, biens et services

3. SIX QUESTIONS EN DÉBAT

3.1. Alimentation : service marchand ou bien public ? La nouvelle dimension géostratégique du sujet « eau et agriculture »

3.2. Jusqu’où l’agriculture pluviale ou une agriculture irriguée peu consommatrice d’eau peuvent-elles couvrir les besoins ?

3.3. Faut-il opposer l’eau « milieu » et l’eau « ressource » ? Quelle vision des services écosystémiques et de l’écologie adopter ?

3.4. Quelles cultures faut-il irriguer ?

3.5. Le stockage de l’eau et la continuité écologique sont-ils compatibles ?

3.6. Qui doit financer les investissements pour le stockage et l’irrigation ?

4. S’ÉLARGIR A L’APPROCHE « BESOINS, RESSOURCES, BIENS ET SERVICES » POUR RÉUSSIR UNE ANTICIPATION A GAINS MULTIPLES : CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DU RAPPORT

4.1. Afficher une nouvelle vision stratégique sur l’eau agricole et le développement durable et restaurer un dialogue interministériel avec le Département en charge de l’environnement

4.2. Porter le débat aux niveaux national et régional en s'appuyant sur la prospective, organiser des conférences-débat avec les Régions et une conférence-débat nationale, reverser le rapport aux démarches en cours (PNACC, SRADDET…)

4.3. Porter la synthèse des débats aux élus de la nation pour refonder la politique de l'eau, apporter un soutien financier accru à la transition vers une agriculture durable

4.4. Inciter les Régions et les territoires à prendre en main les stratégies et projets d'adaptation, mettre en place des projets territoriaux d’agriculture durable (PTAD)

4.5. Mobiliser la recherche pour chiffrer les externalités de la bioéconomie, des scénarios « statu quo » et des stratégies alternatives dans les territoires

4.6. Communiquer et former les jeunes générations aux enjeux liés de l’alimentation durable, du climat et de la gestion intégrée des ressources, mobiliser l’appareil de formation agricole

4.7. Développer une vision européenne et interrégionale sur l’eau, la sécurité alimentaire et le développement durable dans le contexte du changement climatique

ANNEXES
Annexe 1 : Lettre de mission
Annexe 2 : Liste des sigles utilisés

RAPPORT ANNEXE

1. Les sols, l’eau, la bioéconomie, le climat et la « durabilité »

1.1. Produire des biens et des services essentiels, réussir des transitions

1.2. La durabilité : des sols vivants, de la biodiversité et de l’eau

1.3. Face aux contraintes de la disponibilité en eau, quelles stratégies d’adaptation ?

1.4. L’irrigation, pratique très ancienne, moyen d’adaptation à la sécheresse

1.5. L’irrigation, vecteur du développement durable ?

1.6. L’adaptation des systèmes de cultures à la faible disponibilité en eau

2. La problématique aux échelles mondiale et euro-méditerranéenne

2.1. Une ressource en eau globalement abondante mais inégalement répartie
2.1.1. L’alimentation des populations, élément essentiel du bilan hydrologique mondial
2.1.2. Des ressources en eau et des besoins croissants, très inégalement répartis

2.2. Les analyses du GIEC
2.2.1. Une sécurité alimentaire en grands risques
2.2.2. Les voies de l’adaptation : investir dans le stockage, dans l’irrigation et dans l’agroécologie
2.2.3. L’importance « unique » du « secteur des terres »

2.3. Les décisions de la COP 21 : pas de stratégies d’adaptation et/ou d’atténuation sans prise en compte des enjeux de production alimentaire

2.4. L’Afrique et la Méditerranée du Sud et de l’Est seront particulièrement touchées : quelles conséquences pour l’Europe?

2.5. La « méditerranéisation » de l’Europe et les défis auxquels elle va devoir faire face

3. Les impacts observés et projetés du changement climatique en France

3.1. Comprendre les trois types de sécheresse (météorologique, agricole et hydrologique), l’évapotranspiration, facteur déterminant

3.2. Températures et évapotranspiration : quelle évolution ?

3.3. Baisse sensible de l’humidité des sols dès 2020, sécheresses agricoles « extrêmes » sur l’ensemble du territoire dès 2080

3.4. Moins d’eau dans les rivières et dans les nappes et des étiages bien plus sévères

3.5. Agriculture : quels impacts

4. Ressources en eau, agriculture irriguée et politiques publiques en France : situation, évolutions et comparaisons avec d’autres pays européens

4.1. La ressource en eau
4.1.1. Une ressource en eau relativement abondante et peu mobilisée
4.1.2. Des zones en déficit quantitatif et des arrêtés sécheresse de plus en plus nombreux
4.1.3. Des capacités de stockage de l’eau en surface faibles par rapport à nos voisins du Sud
4.1.4. Des capacités de stockage de l’eau dans les sols, très inégales selon les régions

4.2. L’irrigation
4.2.1. Une surface irriguée relativement faible (5,8 % de la SAU) et en recul
4.2.2. Recul des systèmes collectifs au Sud, augmentation de l’irrigation individuelle au Nord
4.2.3. Quasi disparition de l’irrigation gravitaire, progrès du goutte à goutte
4.2.4. Les grands types de productions irriguées et la question de l’emploi
4.2.5. Des progrès d’efficience, une productivité de l’eau accrue de 30 % en 20 ans
4.2.6. Des prélèvements en eau agricole faibles

4.3. Les politiques publiques
4.3.1. Les politiques de gestion des risques en agriculture : des politiques d’indemnisation coûteuses (calamités agricoles)
4.3.2. La politique publique de l'eau, au niveau national, donne priorité aux milieux aquatiques et à la gestion par la demande (économies d’eau et restrictions)
4.3.3. Une autre lecture de la Directive cadre sur l’eau et d’autres politiques publiques dans les pays voisins et concurrents
4.3.4. Entre agriculture et environnement : un manque de vision globale et prospective et un déséquilibre de politiques publiques

5. Quels nouveaux besoins en eau pour l’agriculture, quels scénarios pour la France ?

5.1. Une hausse de 20 à 25 % des besoins en eau sur les terres déjà irriguées d’ici 2050

5.2. Des besoins nouveaux en eau par passage du pluvial à l’irrigation

5.3. Le scénario « durabilité environnementale » de l’Université de Kassel : un doublement des prélèvements en eau d’irrigation en Europe de l’Ouest.

5.4. La prospective Explore 2070 du ministère en charge de l’écologie
5.4.1. Les scénarios font l’impasse sur la possibilité d’un stockage accru
5.4.2. Le scénario de satisfaction des besoins avec arrêt de l’étalement urbain nécessiterait une croissance de 165 % des allocations en eau pour l’agriculture
5.4.3. Un équilibre offre/demande impossible à atteindre avec les hypothèses retenues

5.5. La prospective Garonne 2050
5.5.1. Une perte de 80 à 90 % du nombre d’exploitations avec les scénarios « sobriété » et « libéral » ?
5.5.2. La solution passera par la baisse des débits seuils et par le stockage multi-usages de l’eau

5.6. Vers une nouvelle vision politique pour anticiper au lieu de subir : les analyses du rapport sénatorial Tandonnet/Lozach « Eau : urgence déclarée »

Annexe 1 : Liste des sigles utilisés

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Eau , Politique agricole , Climat

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP