Retour
 

Rapport d'information fait au nom de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication par la mission d'information sur le métier d'enseignant

Auteur(s) :

Editeur :

  • Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Titre de couverture : "Métier d'enseignant : un cadre rénové pour renouer avec l'attractivité"

Date de remise : Juillet 2018
119 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

En 2012, un rapport de la commission de la culture faisait le constat d'un « malaise enseignant » et d'une dégradation de leurs conditions de travail ; il préconisait en conséquence la remise à plat de leur recrutement et de leur formation. De nombreux chantiers se sont depuis succédé : d'abord dans le cadre de la « refondation de l'école » (réforme du recrutement et de la formation initiale dans le cadre des ESPE, révision du statut des enseignants du second degré, réforme du collège et refonte des programmes), puis en matière de salaires, d'évaluation et de progression de carrière, etc. A la lumière des difficultés que continue de connaître la profession, notamment en matière d'attractivité, la commission de la culture, de l'éducation et de la communication a chargé Max Brisson et Françoise Laborde de dresser une évaluation d'ensemble de la condition des professeurs. Après plus de six mois de travaux, quatre déplacements dans différentes académies (Créteil, Amiens, Bordeaux et Reims) et l'audition d'une centaine de personnes, les deux co-rapporteurs présentent quinze recommandations visant à mettre en place un nouveau cadre d'exercice du métier de professeur afin de répondre aux défis du système éducatif français et de restaurer l'attractivité de ce métier d'avenir pour de futurs professionnels.

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS DU RAPPORT

AVANT-PROPOS

I. REPENSER L'ENTRÉE DANS LE MÉTIER ET LA FORMATION INITIALE

A. QUI VEUT ENCORE « DEVENIR PROF » AUJOURD'HUI ?
 1. Un métier en mal d'attractivité ?
 a) Des difficultés de recrutement dans le premier degré dans certaines académies
 b) Des difficultés de recrutement dans le second degré pour certaines disciplines
 c) Pour faire face aux pénuries de titulaires, le recours systématique aux contractuels

2. Des causes multiples
 a) Des causes sociétales profondes
 b) Mais aussi des causes internes à l'éducation nationale

3. Mais un métier qui garde tout son « sens » : un métier de vocation et de reconversion
 a) Conforter et susciter les vocations précoces
 (1) Introduire les métiers de l'enseignement dès la licence
 (2) Relancer une politique ambitieuse de pré-recrutement
 b) Faciliter les vocations plus tardives

B. FORMATION INITIALE ET RECRUTEMENT : UN DISPOSITIF À REVOIR
 1. Masterisation et concours en fin de M1 : à l'heure des bilans

2. Faire évoluer l'organisation interne des ÉSPÉ pour mieux faire « résonner théorie et pratique »

C. L'ENTRÉE DANS LE MÉTIER, « MAILLON SOUFFRANT » DE LA CARRIÈRE D'ENSEIGNANT
 1. La primo-affectation : mettre fin au « bizutage institutionnel »

2. Un accueil dans le métier qui laisse parfois à désirer

3. Un accompagnement et une formation spécifiques à l'entrée dans le métier

II. UN CADRE D'EXERCICE À ADAPTER AUX RÉALITÉS DU MÉTIER ET AUX OBJECTIFS DU SYSTÈME ÉDUCATIF

A. UN CADRE STATUTAIRE À ACTUALISER AU REGARD DES ÉVOLUTIONS DU MÉTIER
 1. Un métier perçu comme plus difficile et plus complexe

2. Mettre en accord les obligations de service avec la réalité du métier
 a) L'occasion manquée de la révision des obligations réglementaires de service de 2014
 b) L'évolution indispensable des obligations de service

3. Favoriser l'émergence d'un collectif de travail au sein des établissements, donner plus de liberté aux enseignants
 a) Un métier marqué par un isolement professionnel
 b) L'établissement, lieu d'élaboration d'un projet commun, adapté aux besoins particuliers des élèves
 c) Donner davantage de liberté et de responsabilité aux professeurs au sein de leur établissement

B. DONNER UN NOUVEAU SOUFFLE À LA FORMATION CONTINUE
 1. Affirmer une priorité forte à la formation continue
 a) Clarifier les objectifs de la formation continue
 b) La formation continue, « parent pauvre » du ministère

2. Consacrer la place de la formation continue au coeur du métier d'enseignant
 a) Une place insuffisante dans les obligations de service
 b) Une incidence limitée sur le déroulement de carrière et l'affectation

3. Répondre aux besoins du terrain
 a) Une offre et des modalités de formation qui ne répondent pas aux attentes des enseignants
 b) Répondre à l'enjeu d'une montée en gamme de la formation continue

C. LA CONDITION ENSEIGNANTE, UN ÉLÉMENT CENTRAL DE L'ATTRACTIVITÉ
 1. La rémunération enseignante, premier enjeu d'attractivité du métier

2. Transport et logement, des difficultés rencontrées principalement par les jeunes enseignants

3. Donner aux enseignants de meilleures conditions de travail

4. Bien-être au travail, une révolution à mener

III. RÉNOVER LA GESTION DES ENSEIGNANTS

A. FAIRE DE L'AFFECTATION DES ENSEIGNANTS UN OUTIL AU SERVICE DE L'ÉQUITÉ TERRITORIALE
 1. Le processus d'affectation ne joue plus son rôle
 a) Un processus lourd et complexe, visant à concilier plusieurs objectifs
 b) Un système à bout de souffle

2. Les leviers d'une affectation individualisée et qualitative
 a) Développer le recrutement sur profil
 b) Redéployer les agrégés au lycée
 c) Individualiser la mobilité des enseignants dans une démarche contractuelle
 d) Vers une mobilité obligatoire ?

B. PASSER D'UNE GESTION DE MASSE À UNE GESTION INDIVIDUALISÉE
 1. Une gestion des ressources humaines au plus près des besoins

2. L'évaluation et l'avancement des enseignants : mieux récompenser le mérite

3. Donner davantage de perspectives et de débouchés aux professeurs
 a) Des perspectives d'évolution et de mobilité insuffisantes
 b) Favoriser l'évolution professionnelle et la mobilité, faciliter la sortie du métier

RÉCAPITULATIF DES PROPOSITIONS

EXAMEN EN COMMISSION

LISTE DES DÉPLACEMENTS

LISTE DES PERSONNES ENTENDUES

GLOSSAIRE

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS DU RAPPORT

1. Renforcer la préprofessionnalisation des futurs professeurs.

2. Mener une politique plus ambitieuse de pré-recrutement dès la L1 en s'appuyant sur le statut des actuels assistants d'éducation.

3. Revoir la place et le contenu des concours.

4. Repositionner l'éducation nationale vis-à-vis des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ÉSPÉ) dans son rôle d'employeur.

5. Modifier progressivement le profil des formateurs en ÉSPÉ.

6. Rénover la formation dispensée dans les ÉSPÉ.

7. Repenser les règles d'affectation des professeurs débutants afin de les rendre plus justes.

8. Mieux accueillir et accompagner les nouveaux professeurs.

9. Mettre en accord le cadre statutaire avec la réalité du métier et les besoins des élèves.

10. Donner plus de responsabilités et plus de liberté aux professeurs dans des établissements plus autonomes.

11. Remettre la formation continue au coeur du métier d'enseignant.

12. Améliorer les conditions matérielles d'exercice du métier.

13. Mettre le mouvement des enseignants au service de l'équité territoriale.

14. Donner davantage de perspectives de mobilité et d'évolution professionnelle.

15. Déconcentrer et individualiser la gestion des ressources humaines et mieux prendre en compte le mérite dans l'avancement.

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Enseignant , Formation des enseignants

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP